RMC Sport

Razzano, le deuil en jouant

-

- - -

La Française a perdu son compagnon la semaine dernière, victime d’une tumeur au cerveau. Avant de mourir, il lui a demandé de disputer ce Roland-Garros. Elle sera sur le Central ce mardi face à l’Australienne Gajdosova pour respecter sa dernière volonté.

Virginie Razzano ne le cache pas : avant d’accepter de s’aligner sur ces Internationaux de France 2011, elle a hésité. Longuement réfléchi. Mais le respect de la volonté de Stéphane, son compagnon décédé en début de semaine dernière, a été le plus fort. « Je souhaite que tu joues à Roland-Garros », lui aurait-il confié avant de fermer les yeux. Alors elle sera là ce mardi. Mais dans quelles dispositions ? L’esprit forcément ailleurs, la Gardoise jouera relâchée, sans autre pression que d’honorer la mémoire de son bien-aimé, inhumé jeudi dernier. Avant d’arriver à Paris le week-end dernier, elle ne se serait entraînée que deux ou trois heures… « Ce qu’on a fait de plus beau, estimait-elle dans un entretien à l’Equipe, ce n’est pas un match ou autre. De notre couple, on n’a fait qu’une seule personne. »

Stéphane Vidal avait 32 ans. Depuis quelques semaines, victime d’une tumeur au cerveau résistante à tout traitement, le compagnon de Virginie Razzano se savait condamné. Il ne souhaitait pas, pas plus que la famille de l’actuelle 93e mondiale, que cela perturbe les performances de sa bien-aimée. Et celle-ci avait effectué la récente tournée américaine sans savoir que l’état de santé de Stéphane, qui était également son entraîneur quand il était en bonne santé, était désormais sans rémission.

Cornet : « A chaque match, je lui dédierai mes victoires »

Encore sous le choc, le tennis français loue le courage de la joueuse de 28 ans, qui n’avait pas hésité à répondre récemment à l’appel de Nicolas Escudé pour jouer en Fed Cup face à l’Espagne. Déjà à l’insistance de Stéphane. La plupart des joueuses tricolores sur les courts ont porté un crêpe noir pour marquer le deuil. « C’est très émouvant pour nous toutes, déclare Alizé Cornet. Je suis amie de Virginie et on voulait faire quelque chose en hommage à Stéphane et lui montrer notre soutien, même si on le fait au quotidien par notre présence. Je pense que je l’aurai tout le tournoi et à chaque match, je lui dédierai mes victoires car c’est quelqu’un que j’aimais beaucoup et ça me touche. »

Les organisateurs ont également offert à la Nîmoise un bel hommage en lui réservant l’ouverture du Central ce mardi à 11h. Face à l’Australienne Jarmila Gajdosova, tête de série n°24, Virginie Razzano ne partira pas favorite. Mais l’essentiel sera évidemment ailleurs ; il sera là-haut.

JFP à Roland-Garros