RMC Sport

Roland-Garros: la jauge à 1.000 spectateurs, "un coup dur" selon Forget

Guy Forget, directeur de Roland-Garros, reconnait que la jauge à 1.000 spectateurs en raison du Covid-19 est un coup dur pour le tournoi parisien.

L'abaissement, de 5.000 à 1.000, du nombre de spectateurs autorisés par jour à Roland-Garros, imposé par le gouvernement en raison de la recrudescence du Covid-19 à Paris, est un "coup dur" pour le tournoi, a réagi son directeur Guy Forget vendredi sur France Info.

"Nous avons pris acte de la décision du gouvernement, nous sommes prêts, tous les joueurs sont là, mais c'est vrai que c'est un coup dur pour le tournoi", a-t-il déclaré à la radio.

Le Grand Chelem parisien, qui avait déjà dû revoir à deux reprises sa jauge à la baisse depuis début septembre, passant de 20.000 spectateurs par jour à 11.500 puis 5.000, débute dimanche après une semaine de qualifications sans spectateurs.

Zone d'alerte renforcée

Cette nouvelle réduction de la capacité d'accueil du public, à la dernière minute, fait suite aux nouvelles restrictions de rassemblement annoncées mercredi par le gouvernement pour les zones en alerte renforcée face à la recrudescence de la pandémie de Covid-19 en France.

Jeudi après-midi, Forget avait déclaré toujours "espérer avoir 5.000 spectateurs". "Nous sommes capables d'accueillir cette population, aussi petite soit-elle, pour l'instant 5.000 personnes, sur un stade de 12 hectares", avait-il souligné, insistant sur la superficie du site et des courts à l'air libre pour limiter la propagation du Covid-19.

Mais le Premier ministre Jean Castex, invité dans la soirée de l'émission "Vous avez la parole" sur France 2, a coupé court à ses espoirs en déclarant dans la soirée: "Nous appliquerons à Roland-Garros les mêmes règles qu'ailleurs."

Cette jauge ne concerne pas les personnes accréditées (joueurs, entraîneurs, ramasseurs de balles, arbitres, journalistes, organisateurs...), "soumis à un protocole spécifique", a précisé Matignon à l'AFP en fin de soirée. 

la rédaction avec l'AFP