RMC Sport

Roland-Garros: les belles promesses de Gaston, qui a frôlé l'exploit contre Thiem

Après avoir sorti Stan Wawrinka au tour précédent, Hugo Gaston est passé tout près d’un nouvel exploit ce dimanche. Le Toulousain de 20 ans a livré une sublime bataille face à Dominic Thiem, avant de céder en cinq sets (6-4, 6-4, 5-7, 3-6, 6-3) en huitième de finale.

C'est ce qui s'appelle sortir par la grande porte. Hugo Gaston, 239e mondial et bénéficiaire d'une invitation, a vu son épatant parcours à Roland-Garros prendre fin ce dimanche après cinq sets de combat face au numéro trois mondial Dominic Thiem (6-4, 6-4, 5-7, 3-6, 6-3) en huitième de finale.

Dernier Français en lice dans le tableau masculin, le Toulousain de 20 ans était venu à bout de Stan Wawrinka, au tour précédent. Difficile de croire qu'il n'avait pas remporté le moindre match sur le circuit principal avant cette édition 2020 du Grand Chelem parisien. 

"Cela fait longtemps que je n'avais pas vu un joueur avec un tel toucher. Ses amorties viennent d'une autre planète, il m'a fait sprinter quatre cents fois vers le filet", a salué Thiem, récent vainqueur de l'US Open et double finaliste sortant de Roland-Garros, qui affrontera l'Argentin Diego Schwartzman pour une place dans le dernier carré.

"S'il continue comme ça, il va devenir un très grand joueur", a insisté l'Autrichien, conscient que Gaston s'est largement montré à la hauteur de l'événement. Non seulement le gaucher ne s'est pas laissé impressionner pour sa première fois sur le court Central. Mais, même mené deux sets à zéro, il n'a pas rendu les armes.

Un festival d'amorties gagnantes

Fort de son jeu atypique et si créatif, il a déboussolé Thiem au point de prolonger la rencontre jusqu'à un cinquième set décisif. Pendant une heure et demie, dans les troisième et quatrième manches, Gaston a cuisiné l'Autrichien jusqu'à lui faire perdre la tête, à coups de dizaines d'amorties, le plus souvent gagnantes, d'une alternance d'attaquantes fulgurantes et de balles bombées, et même de coups droits chopés sans rebond. La même recette que contre Wawrinka deux jours plus tôt. Englué dans ces schémas déstabilisants, Thiem, parfois tête basse et l'air las, a alors multiplié les fautes inhabituelles et n'a pas pu cacher sa frustration et son agacement.

Mais il a su resserrer les boulons dans le set décisif, notamment au service. Et Gaston y a alors tenté quelques amorties de trop, moins bien touchées ou échouant carrément dans le bas du filet, comme sur la deuxième balle de match de Thiem. "Au troisième set, j'ai perdu un peu d'énergie et je ne trouvais pas la réponse à ses amorties, mais j'en ai retrouvé un peu dans le cinquième. Il faut maintenant récupérer. Ces dernières semaines ont été difficiles, aujourd'hui j'ai fait beaucoup de sprints, j'ai beaucoup couru", a réagi l'Autrichien. Gaston, lui, venait de quitter le court Central sous les "Merci Hugo" tombés des tribunes, en présence d'un public très restreint pour cause de restrictions liées à la pandémie de Covid-19.

RR avec AFP