RMC Sport

Roland-Garros reporté: Alizé Cornet se paye Maracineanu

Les organisateurs des Internationaux de France cherchent à décaler la tenue du tournoi d'une semaine pour profiter de meilleures conditions sanitaires et accueillir plus de plublic. Au détriment des autres tournois du calendrier.

Au sortir de son succès face à Elise Mertens au deuxième tour du tournoi de Charleston, Alizé Cornet a été invitée sur le plateau de Tennis Channel. Et lorsque le journaliste l’a informé que Roland-Garros allait probablement démarrer une semaine plus tard, elle a été soufflée. "Non, je n’y crois pas, a-t-elle déclaré. Ca reste entre nous mais notre Ministre des sports est désastreuse. Désolé. Je n'ai rien contre elle, mais elle ne prend que des mauvaises décisions concernant le sport. C'est comme si elle s'en fichait. C'est une décision assez égoïste."

Cornet : "Allez, on décale et on s’en fout de ceux qui sont derrière"

Plus tard, contactée par RMC sports, Alizé Cornet est revenue sur cette décision. "J’imagine qu’ils ont leurs raisons mais j’aimerais savoir si ça vient du gouvernement ou de la Fédération. J’ai eu vent que la Ministre des sports en parlait depuis un moment. Encore une fois, ce n’est pas très bon pour l’image de Roland-Garros. C’est vraiment imposer sa loi aux tournois qui sont derrière. Le calendrier est ultra chargé, ultra serré. Les tournois paient leur date, ils essaient tous de se maintenir à flot. Ca va impacter les joueurs et des tournois."

En 2020, la Niçoise avait compris le report de mai à septembre. Là, elle sous-entend un abus de pouvoir. "Autant, l’année dernière, il y avait des raisons. Car si ça ne se faisait pas en septembre, ça ne se faisait pas du tout. J’étais à fond derrière eux. Autant là, je me dis qu’une semaine avant ou une semaine après, ça se serait passé. Après, oui, cela aurait été peut-être moins bon pour le business mais il n’y avait pas de question de vie ou de mort. Ca me gêne un peu de n’en faire qu’à sa tête. Ca ne donne pas une bonne image de la France, je trouve. Ca ressemble à ‘’Allez, on décale et on s’en fout de ceux qui sont derrière’’. Je suis un peu perplexe."

Eric Salliot