RMC Sport

Schiavone-Stosur, l'improbable finale

L'Italienne peut embrasser la terre du central. Elle disputera samedi, face à Samantha Stosur, sa première finale en Grand Chelem.

L'Italienne peut embrasser la terre du central. Elle disputera samedi, face à Samantha Stosur, sa première finale en Grand Chelem. - -

Francesca Schiavone et Samantha Stosur se sont qualifiées jeudi pour une finale dames de Roland-Garros qui déjoue tous les pronostics.

Malgré la surprise, Francesca Schiavone n’a pas sacrifié son nouveau rituel, mordant à pleines dents la terre battue du central Philippe-Chatrier. Une minute avant, Elena Dementieva s’est avancée vers elle pour mettre fin à leur demi-finale. Mollet déchiré, la Russe jette l’éponge après la perte du premier jeu décisif (7-3). « Je ne pouvais plus bouger, a expliqué la Russe après avoir séché ses larmes. J'ai essayé de me battre mais je ne pouvais pas aller plus loin. » Ni empêcher Schiavone de filer vers sa première finale en Grand Chelem.

« J'ai écrit l'histoire pour mon pays et pour moi », peut exulter la Milanaise, première joueuse italienne à vivre un dernier samedi en Majeur. Un bonheur qui tombe à vingt jours de la trentaine. « Elle a toujours fait des bons résultats, sans trouver de continuité. Aujourd’hui, elle est mature, joue libérée. Cette finale, elle l’a bien méritée », estime Corrado Barazzutti, capitaine de l'équipe italienne de Fed Cup. Une épreuve où Schiavone avait jusque-là vécu ses heures de gloire, soulevant deux fois l’équivalent féminin de la Coupe Davis (2006 et 2009). Son palmarès individuel ne compte lui que trois titres mineurs. Soit tout de même un de plus que Samantha Stosur, son adversaire en finale…

Longtemps cantonnée au double, cette dernière a confirmé jeudi que sa demi-finale de l’an passé ne devait rien au hasard. Après Justine Henin et Serena Williams, ex et actuelle n°1 mondiale, c’est Jelena Jankovic, autre ancienne pensionnaire du trône, qui a explosé sous la puissance de la musculeuse Australienne. 6-1, 6-2, la note est salée pour la Serbe et porteuse des plus grands espoirs pour son exécutrice. « Je n'aurais pas pu rêver meilleur tournoi, s’émerveille la joueuse de 26 ans. Le gagner serait incroyable. » Ce sera le cas, quelle que soit l’identité de la lauréate.