RMC Sport

Tsonga y est presque

Jo-Wilfried Tsonga

Jo-Wilfried Tsonga - -

Le Manceau a vu son 8e de finale face au Suisse Stanislas Wawrinka interrompu par la nuit, hier à Roland-Garros, alors qu’il menait 4-2 dans la 5e manche. A lui de conclure ce lundi afin d’atteindre les quarts de finale, pour la première fois de sa carrière.

Seul au milieu du Central, il salue la foule. Des « Tsonga, Tsonga » descendent des gradins, encore remplis malgré la nuit tombante. Après avoir jeté son maillot dans le public, le Manceau quitte le terrain torse nu, le point levé. Tel un boxeur qui tient presque son K.O. Jo-Wilfried Tsonga entrevoit le premier billet de sa carrière pour les quarts de finale de Roland-Garros. Reste à le composter. Si la rencontre avait débuté plus tôt dans la journée, il l’aurait peut-être déjà fait hier. Mais l’obscurité a reporté ses projets. Alors qu’il menait 4-2 dans le cinquième set face à Stanislas Warwrinka, son 8e de finale a été logiquement interrompu.

Avant cela, le n°1 français avait livré un match schizophrénique. D’abord serein en remportant les deux premières manches (6-4, 7-6), puis étrangement fébrile en concédant les deux suivantes (6-3, 6-3). « On est passé par tous les états, résume Sarah Pitkowski, la consultante RMC Sport. Après le quatrième set, on a cru que ‘Jo’ allait plonger. Et finalement, il s’est bien remis dans cette cinquième manche. Peut-être que cette obscurité a été à son avantage. Il a livré des derniers échanges somptueux. Il a lâché les chevaux comme si chaque point devait être un coup gagnant. Et comme Wawrinka voyait la balle au dernier moment, il ne pouvait plus être aussi réactif. »

Une mise en jeu décisive

Au moment de reprendre les hostilités, cet après-midi, Tsonga servira pour confirmer son break d’avance. Un moment sans doute décisif. Si le n°5 mondial tient sa mise en jeu, le Suisse aura du mal à renverser la situation. Dans le contraire, le suspense sera totalement relancé entre les deux joueurs de 27 ans. L’issue de leur troisième affrontement sur le circuit est encore incertaine. « Jo n’est pas mal parti, estime tout de même Patrice Hagelauer, le directeur technique national. Il y a eu un passage où il était un peu crispé. Espérons qu’il se remette à jouer comme il l’a fait au début, où c’était vraiment du bon Tsonga. »

A condition de ne pas se rappeler de mauvais souvenirs. L’an passé, au même stade du tournoi, Wawrinka s’était imposé en cinq sets après avoir déjà perdu les deux premières manches sur le même score (6-4, 7-6). «‘Stan’ est l’un des joueurs les plus réguliers du circuit, assure son compatriote Roger Federer. Il aime jouer sur terre battue, au meilleur des 5 sets. Il est capable de battre des gros joueurs. » Tsonga va tout faire pour que l’histoire ne se répète pas.