RMC Sport

Tennis: le Français Arthur Rinderknech fracasse le Top 100

Alors que le tennis français traverse une passe difficile, une bonne nouvelle est arrivée de Suède: Arthur Rinderknech sera le 75e joueur français à intégrer le Top 100. Une ascension méritée pour un garçon qui a achevé un cycle d’études au Etats-Unis avant de se lancer sur le circuit.

Finalement, sa défaite 13-12 au cinquième set au premier tour de Wimbledon alors qu’il s’était procuré une balle de match n’aura été qu’une péripétie. Arthur Rinderknech, 105e mondial, s’est qualifié ce mercredi pour les quarts de finale du tournoi de Bastad et plus besoin de calculette, il aura un classement à deux chiffres lundi. Il n’oubliera pas le décor magique de l’endroit où l’événement s’est produit. "Bastad, c’est juste magnifique, dit-il. C’est un petit Monte-Carlo, la ville est extraordinaire, les gens sont d’une gentillesse. Tu sors de l’hôtel, tu empruntes un chemin et tu es sur la plage. Tous les jours, j’avais un rituel : prendre un bain, même si elle est un peu fraîche…"

Ce bain dans la Mer du Nord, il ne l’oubliera pas de sitôt. "Je ne voulais pas trop penser au Top 100. C’est lundi, en battant le Portugais Pedro Sousa que je savais que j’y étais presque. Aujourd’hui, j’étais concentré sur John Millman. Il faisait chaud et humide et je savais que ce serait dur." L’Australien a effectivement été coriace en le poussant aux trois sets (6-3, 3-6, 6-3).

373e mondial il y a deux ans

Il y a deux ans, Arthur Rinderknech, alors 373e mondial, perdait au premier tour d’un 25.000 dollars à Ajaccio. Sa progression est vertigineuse. "Quand on regarde le parcours, il y a eu beaucoup de sacrifices, dit-il. Je revois un peu défiler ma vie tennistique : mes débuts dans le Val-de-Marne puis dans les Yvelines, mon départ aux Etats-Unis. Ensuite, quand je suis revenu en France, la Fédé m’a filé un coup de main. Ensuite, il y a eu ma rencontre avec Sébastien Villette." Paradoxalement, son coach ne se trouvait pas à ses côtés en Suède pour vivre ce moment unique.

"On fonctionne en binôme avec Manuel Guinard, explique-t-il. ‘’Manu’’ chasse les points pour être dans le tableau des qualifs de l’US Open. C’était normal qu’il soit à ses côtés. Mais, je ne suis pas seul, je suis avec ma compagne. Avec « Seb », on a beaucoup bossé, je crois qu’on n’a rien volé." Grâce à ce nouveau statut, Arthur Rinderknech, 25 ans, va voir s’ouvrir les tableaux des Grands Chelems. Il est assuré de jouer l’US Open, lui qui passé quatre ans au Texas.

"C’est un rêve de gosse de jouer ces grands tournois." Encore un mois et demi à trépigner. Vendredi, il visera sa première demi-finale sur le circuit ATP. Ce sera face à l’Allemand Yannick Hanfmann, 107e mondial, La journée de repos arrive à pic pour digérer toutes ces émotions. Il est – ou sera - le 75e français Top 100 de l’histoire.

Eric Salliot