RMC Sport

Roger Federer a-t-il déjà perdu l’US Open ?

Roger Federer

Roger Federer - AFP

Vainqueur dans la douleur de Mikhail Youzhny au 2e tour de l’US Open, le Suisse, en forme suspecte, a déjà disputé dix sets à Flushing Meadows. Il a laissé beaucoup de gomme dans le tournoi du Grand Chelem réputé le plus exigeant du monde.. \n

Débuter un Chelem par deux matches à la distance, ça ne lui était encore jamais arrivé. Alors, quand les micros se tendent, Roger Federer, as de la ‘’com’’, manie l’humour à merveille. "Je pense que Wimbledon, c’était un peu trop simple. Beaucoup trop de matches en trois sets. C’est presque dommage qu’il n’y en ait pas eu en cinq car c’est quand même sympa à jouer."

"Je suis toujours en lice parce que beaucoup de favoris sont tombés"

Le Suisse sent peut-être qu’il abuse alors il se met un coup de règle sur les doigts. Jamais il n’aurait dû ouvrir la porte à Mikhail Youzhny, qui a tout de même mené deux manches face au "Maître (6-1, 6-7, 4-6, 6-4, 6-2). "A 6-1, 5-4 break, j’avais les choses en main. Derrière, il joue bien, je sais mais j’aurais dû, d’une façon ou d’une autre, remporter cette manche. Après, c’était la bataille. Je suis toujours en lice parce que beaucoup de favoris sont tombés."

L’homme aux 19 tournois du Grand Chelem, qui connaît l’histoire du tennis comme personne, ignore peut-être que seuls deux joueurs sont parvenus à remporter un Chelem après avoir connu une mise en route aussi laborieuse. Il s’agit de Boris Becker, à l’Open d’Australie 1996, et Gaston Gaudio, lors de l’édition 2004 de Roland-Garros

Autre signe encourageant pour le Suisse: tant l’Allemand que l’Argentin avaient rectifié le tir lors des tours suivants. "Boum-Boum" n’avait plus eu le moindre marathon à jouer. Quant au Sud-Américain, il s’était fait de grosses frayeurs simplement en finale face à son compatriote Guillermo Coria, qui avait galvaudé deux balles de match avant de s’effondrer.

"J’ai du mal à enchaîner derrière mon service"

La véritable inconnue concerne l’état du dos de Roger Federer. Fidèle à sa légende, le numéro trois mondial n’avouera jamais en public que ça coince dans ce domaine. Il estime qu’il paie le contre-coup de sa préparation minimale. "Le physique, c’est dans l’explosivité, la coordination, expliquait-il. Je n’ai pas fait assez d’entraînements avant le tournoi qui m’ont permis de trouver ce rythme dans le jeu de jambes. J’ai du mal aussi à enchaîner derrière mon service, à choisir les bonnes zones. J’ai encore de la peine dans ces petites choses-là. Mais c’était mieux qu’au premier tour."

On va évidemment guetter son troisième match, samedi, face à Feliciano Lopez, tête de série numéro 31. L’Espagnol a buté à douze reprises face au Suisse. Mais il doit se dire que c’est le moment ou jamais pour briser la série noire.

A lire aussi>> US Open: Monfils pas sûr de jouer le 3e tour

VIDEO : L'actu Sport.Net du 1er septembre 2017

Eric Saillot