RMC Sport

Stephens juge "fou" son sacre à l'US Open

Sloane Stephens

Sloane Stephens - AFP

L'Américaine Sloane Stephens n'a pas caché son énorme surprise après son sacre à l'US Open en battant sa grande amie Madison Keys 6-3, 6-0 en finale samedi: "C'est fou!", a-t-elle lâché dans une conférence de presse où elle a laissé éclater son bonheur et son naturel.

Sloane Stephens, opérée le 23 janvier pour consolider une fracture de fatigue au pied, et reléguée à la 957e place en juillet, a remporté son premier tournoi du Grand Chelem ce samedi à l’US Open contre son amie Madison Keys (6-3, 6-0).

A lire aussi >> US Open: Sloane Stephens triomphe

"Il n’y a pas de mot"

En conférence de presse, l’Américaine de 24 ans peinait à réaliser son exploit : "Quand je me suis fait opérer je ne pensais pas que j'aurai à proximité de moi ce trophée ou même que je serai dans le top 100 mondial et même dans les premières places (elle occupera la 17e place lundi). Il n'y pas de mot pour expliquer comment j'en suis arrivée là. Si je raconte mon histoire à quelqu'un, il va me dire que c'est fou."

"Qui ne voudrait pas recevoir un autre chèque comme ça"

"Il va d'abord me falloir plusieurs semaines pour réaliser ce que j'ai accompli. Comme tout le monde, je rêvais de gagner un titre du Grand Chelem, mais je ne pensais pas après tout ce qui m'est arrivé que cela serait maintenant. J'ai saisi l'opportunité qui se présentait. Mais pour moi, je suis toujours une joueuse qui revient de blessure: si on y réfléchit bien, j'étais au delà de la 900e place il y a seulement cinq semaines (...) Pour la suite de la saison, je ne sais pas ce que je vais faire, c'est fou comment les choses peuvent changer vite, j'avais peur d'utiliser mon "classement protégé" et maintenant je vais me retrouver à nouveau tête de série. J'ai bien sûr envie de gagner un autre titre du Grand Chelem: qui ne voudrait pas recevoir un autre chèque (3,2 millions d’euros) comme celui-ci ? (rires) Si ça, cela ne vous donne pas envie de gagner...!."

VIDEO. Pitkowski : "Nadal mérite d’être numéro 1"

JBi avec AFP