RMC Sport

US Open: deuxième sacre pour Osaka, entre tennis et politique

Naomi Osaka

Naomi Osaka - AFP

Deux ans après son premier sacre dans une finale controversée contre Serena Williams, Naomi Osaka a remporté ce dimanche son deuxième US Open en battant Victoria Azarenka (1-6, 6-3, 6-3). A 22 ans, la Japonaise empoche son troisième titre du Grand Chelem, au terme d'un tournoi très politique.

Joli symbole que de recevoir son trophée sur le court Arthur-Ashe, pour une joueuse qui aura à merveille joué les porte-étendards de la lutte contre le racisme sur les terrains de tennis. Ce dimanche, Naomi Osaka a remporté l'US Open pour la deuxième fois de sa carrière, en battant Victoria Azarenka (1-6, 6-3, 6-3).

Une belle frayeur dans le premier set

Deux ans après son premier sacre, au terme d'une finale contre Serena Williams marquée par la colère de l'Américaine contre l'arbitrage, la Japonaise décroche ainsi son troisième titre du Grand Chelem. En ayant connu une belle frayeur, voyant la Biélorusse expédier le premier set en s'appuyant sur ses 13 fautes directes.

Mais la joueuse de 22 ans, qui va remonter lundi à la troisième place mondiale, a trouvé les ressources pour remonter son break de retard en début de deuxième manche. Avant de prendre pleinement le contrôle. 

Ses messages contre les violences policières

Après son boycott à Cincinnati, dans la foulée du mouvement lancé par les Bucks en NBA, Naomi Osaka avait décidé de reprendre. Puis de se présenter à l'US Open en profitant de cette exposition pour faire passer des messages.

Loin des polémiques sur l'organisation du tournoi sur fond de crise sanitaire, la Japonaise est entrée sur le court chaque jour avec un masque différent: à chaque match, un nom brodé, celui d'une victime des violences policières aux Etats-Unis. Ce samedi, c'était Tamir Rice, jeune garçon de 12 ans, tué en 2014 à Cleveland par un policier blanc. "On avait besoin de ce genre de leaders", notait récemment Alizé Cornet. Leader et championne.

A.Bo