RMC Sport

Federer : « J’avais peur »

Roger Federer

Roger Federer - -

Après sa difficile victoire face à Julien Benneteau, Roger Federer, victime de douleurs au dos, a connu un nouveau match compliqué face au Belge Xavier Malisse, ce lundi à Wimbledon (7-6, 6-1, 4-6, 6-3). Mais il a assuré l’essentiel.

Roger, votre dos douloureux vous a-t-il beaucoup gêné face à Xavier Malisse ?

Au début, il y avait beaucoup de vent, surtout du côté opposé à la Royal Box. C’était vraiment compliqué à jouer. Et puis il faisait froid. Ça change. C’est peut-être pour ça que j’ai eu le dos bloqué. J’ai eu un peu de chance de gagner le premier set. Je suis donné cette chance-là. J’ai déjà beaucoup joué avec le dos comme ça. Je sais comment gérer plus ou moins. Je sais aussi que c’est difficile pour l’adversaire. Mais il aurait quand même dû gagner ce premier set. Tout d’un coup, j’ai bien joué dans le tie-break, en ratant très peu de choses. Pour finir, j’ai gagné le match. C’est un grand soulagement.

Comment avez-vous résisté à la douleur ?

Je me suis fait masser et j’ai pris des anti-inflammatoires pour que la douleur passe. Ça aide un tout petit peu. Je ne vais pas dire que c’est dans la tête, mais la douleur part de plus en plus quand tu sais que tu peux aller plus loin. Tout d’un coup, tu arrives à servir plus fort. Mais tu ne sais pas quand tu peux y aller à fond. Dans le quatrième set, je me suis dit : "Bon allez, il faut que j’essaye en cas de cinquième set." Mais j’avais peur. Ça a marché. Je m’en suis bien sorti.

Savez-vous ce qui a provoqué la douleur ?

C’est venu sur deux points, comme à Doha. J’ai senti un gros spasme. Tu sais que tu ne peux rien faire. Tu as mal, c’est clair. Je sais que j’arrive quand même à jouer. Mais avec beaucoup de douleurs, tu es limité. Je ne me souviens pas que ce soit venu sur un service ou un coup droit. C’est venu en une minute.

Etes-vous inquiet pour la suite du tournoi ?

Ça ne m’inquiète pas trop. J’ai toujours un jour de congé entre deux matches. A Doha, par exemple, j’ai joué le soir, il faisait hyper froid et il fallait reprendre le lendemain. C’était beaucoup plus compliqué. Je vais dormir. Je suis confiant. Mercredi, ce ne sera pas un problème. Les tournois du Grand Chelem sont intéressants de ce côté-là. Tu peux te retrouver sur un terrain pendant cinq heures d’affilée, en train de faire des rallyes de fou (au 3e tour, contre Julien Benneteau, ndlr). Et après, il faut gagner des matchs avec beaucoup de vent et un problème au dos. Et puis deux jours, plus tard, tu reviens et c’est comme si tu es un nouveau joueur. J’avais beaucoup de soucis aujourd’hui mais une fois le premier set gagné, je savais que je n’avais pas le couteau sous la gorge.

Le titre de l'encadré ici

Sharapova et Clijsters à la porte |||

Alors que la pluie perturbe de plus en plus le programme de Wimbledon, le tournoi féminin a perdu deux têtes d’affiche ce lundi en 8e de finale. La Russe Maria Sharapova, numéro 1 mondiale, victorieuse à Roland-Garros cette année et à Wimbledon en 2004, a été éliminée par l’Allemande Sabine Lisicki (6-4, 6-3). Quant à la Belge Kim Clijsters, elle a été balayée par une autre Allemande, Angelique Kerber (6-1, 6-1). Les deux Français Jo-Wilfried Tsonga et Richard Gasquet ont eux été sauvés par le report des matchs. Ils étaient respectivement menés par l’Américain Mardy Fish (4-6, 1-1) et l’Allemand Florian Mayer (3-6, 1-2).

Propos recueillis par Eric Salliot