RMC Sport

Tennis - Bientôt la parité hommes-femmes ?

Serena Williams

Serena Williams - -

Stacey Allaster, présidente de la WTA, a laissé entendre que passer à des matches en cinq sets pour les femmes n’étaient pas à exclure. Une idée qui divise mais qui reste pourtant envisageable, notamment en finale de Grand Chelem.

« Les joueuses sont prêtes, désireuses et capables de jouer en cinq sets si c'est ce que veulent les tournois du Grand Chelem ». C’est en ces termes que Stacey Allaster, la présidente de la WTA, a relancé le débat sur la durée des matches féminins. Une idée loin d’être neuve (la finale des Masters s’était déroulée sur ce format entre 1984 et 1998, avec trois épisodes en cinq manches sur la période), mais toujours aussi controversée. Pour Sarah Pitkowski, une telle formule s’accompagnerait ainsi d’un lot de contraintes, et sans la moindre plus-value en termes de spectacle.

« Ce n’est pas un débat de physique, mais qu’est-ce que cela apporterait de plus ?, questionne l’ancienne joueuse, membre de la Dream Team RMC Sport. Ça ne va pas servir le tennis féminin. Jouer un set de plus sur un match à sens unique, pour prendre 6-1, 6-2, 6-3, ça n’a pas d’intérêt. Il vaut mieux que le match soit plié et mettre deux autres joueuses sur le court. Et techniquement parlant, avec des matches en cinq sets, on ne pourra pas organiser des tournois mixtes comme à Miami, Indian Wells ou sur les quatre tournois du Grand Chelem. Il n’y a pas assez de courts ni assez de temps ».

Dechy : « Uniquement en finale »

Gilbert Ysern, directeur de Roland-Garros, confirme les problèmes organisationnels que cela induirait même si, pour lui, le débat n’est pas là : « Ce serait sans doute une contrainte en termes de programmation, car des formats plus longs rallongeraient les programmes. Ça serait une difficulté, mais là n’est même pas la question. Qui est gêné par le fait que les formats soient différents chez les hommes et les femmes ? A ma connaissance personne, en tout cas je n’ai jamais été interpellé là-dessus ».

Nathalie Dechy, ancienne 11e mondiale et membre du comité de pilotage de Roland-Garros, propose donc une solution alternative. Pour elle, le fait que les joueuses aient les capacités physiques pour tenir cinq sets n’en fait pas une raison pour systématiser le format. En revanche, en finale de Grand Chelem, pourquoi pas… « Beaucoup jouent simple et double en Majeur, car elles sont capables de tenir longtemps sur le terrain. Sur une finale, l’intérêt serait vraiment présent, car il y a énormément d’émotion et beaucoup plus de stress que sur un match de quart de finale ou de première semaine. Le fait de jouer en trois sets gagnants laisse la possibilité de rentrer dans le match. On a souvent des finales femmes à sens unique, et changer le format pourrait être la solution. »

A lire aussi :
- L'actu du circuit féminin
- WTA - S. Williams toujours sur le trône
- EN IMAGES - Williams au panthéon du tennis

La rédaction