RMC Sport

Vendée Globe: Burton raconte comment son ami Grosjean l’a aidé pendant les galères de la course

Réunis ce samedi sur l’antenne de RMC, Louis Burton, troisième du Vendée Globe, et le désormais ex-pilote de F1 Romain Grosjean, amis depuis plusieurs années, ont évoqué ensemble les galères de la course en solitaire. Et leur indéfectible soutien dans les moments difficiles que ces deux sportifs ont traversés ces derniers mois.

Le quotidien de Romain Grosjean a un peu changé depuis jeudi. Parrain de Bureau Vallée 2, le bateau de Louis Burton, le jeune retraité des circuits de Formule 1 avait l’habitude de regarder la position de son ami dans le Vendée Globe dès le réveil. Or pour le skipper de Saint-Malo, la course en solitaire s’est achevée sur une splendide troisième place, après un sprint final d’anthologie. "Je suis un peu perturbé maintenant le matin quand je me lève", a plaisanté Grosjean samedi sur RMC.

Réunis sur notre antenne, les deux amis, très proches depuis presque dix ans, ont évoqué ensemble les péripéties survenues ces dernières semaines: "Je l’ai suivi quand il était à la bagarre pour la victoire, quand il a dû s’arrêter sur l’île dont je ne veux pas prononcer le nom (l’Ile Macquarie, au sud de la Nouvelle-Zélande, ndlr) pour réparer son bateau et puis avec le stress des derniers jours, ça a été extraordinaire", souligne Grosjean.

Burton: "Romain m’a envoyé des bonnes ondes"

Emu de retrouver son "pote" Romain qu’il considère "comme un frère", Louis Burton savoure aujourd’hui. Mais il reconnait que l’aide de son ami fut plus que précieuse dans les moments de galère: "Romain m’a envoyé des bons mots, des bonnes ondes, raconte le Malouin. Il m’a envoyé ses conseils de pilote de Formule 1, habitué à gérer un stress pas possible sur les machines les plus rapides au monde." 

Et Burton de s’adresser à son ami: "Romain, tu as eu les mots justes. Tu m’as dit: 'Fais ce que tu sais faire. N’écoute pas tous ce qui te disent de ne pas stresser. Transforme le stress en énergie positive'. J’ai essayé de faire ça mon pote. Et j’ai coupé deuxième. Un grand merci pour ces bons mots, ça m’a beaucoup aidé."

Grosjean et Burton en 2012
Grosjean et Burton en 2012 © AFP

Grosjean: "C’était tellement beau de te suivre"

Des petits tuyaux livrés avec plaisir de la part de Romain Grosjean : "J’étais tellement à fond avec toi. Je ne comprends pas grand-chose au vent et à la mer mais je comprends quelque chose à la course. Si on a des amis c’est aussi pour être là dans les moments importants. Je savais que pour toi, c’est un truc de fou qui est en train de se réaliser. Je l’explique à mes enfants qui me demandent ce qu’est le Vendée Globe. Je leur dis que c’est un des trucs les plus extraordinaires au monde. L’une des épreuves les plus folles. C’était tellement beau de te suivre."

Et puis les malheurs n’ont pas épargné non plus le pilote Haas, miraculé après être sorti des flammes lors du Grand Prix de Bahrein au mois de novembre. Louis Burton était déjà en mer : "J’ai lu ça dans les journaux, puis on m’a envoyé les images. J’ai eu peur. Très peur. C’est un miracle." Les deux amis espèrent désormais que le Covid va les laisser un peu tranquilles pour enfin "partager ces histoires".

dossier :

Vendée Globe

ABr