RMC Sport

Vendée Globe: Herrmann critiqué par l'équipage du bateau de pêche qu'il a percuté

L'équipage du chalutier qui a percuté le voilier de Boris Herrmann, à l'approche de la ligne d'arrivée du Vendée Globe, assure ne pas être responsable. L'armateur déplore même certains commentaires du skipper allemand.

Les oreilles d'Aitor Badiola ont sifflé. Ce pêcheur basque est l'armateur du Hermanos Busto, le chalutier qui a percuté le voilier SeaExplorer-Yacht Club de Monaco de Boris Herrmann en pleine nuit et non loin de l'arrivée du Vendée Globe. Après cette mésaventure, survenue dans son sommeil, le marin allemand a fait part de son "cauchemar" et laissé entendre qu'il n'était pas en tort. 

"Hé! Tu es à une vitesse de 20 noeuds, la nuit, toi tu es en train de dormir, tu percutes un autre navire, et tu dis que c'est sa faute? Bueno...", s'est étranglé Aitor Badiola, joint par France Bleu. "On a vu que c'était un voilier mais on n'y voyait personne. On l'appelle sur le canal d'urgence 16 et personne ne répond. Qu'est ce que je dois faire?", a-t-il ajouté, expliquant même avoir cru que le skipper était un "contrebandier", étant donné qu'il n'a jamais eu de nouvelles de sa part. 

"Tout était réglo"

Mais la discorde porte surtout sur un autre point: le sous-entendu de Boris Herrmann, suggérant que le chalutier n'avait pas activé son système d'identification automatique, un outil permettant d'éviter les collisions. "Je ne comprends pas mais c’est vrai qu’il paraît que certains chalutiers en pêche ne branchent pas leur AIS", a-t-il ainsi déclaré. "Tout est enregistré, il était bien en marche, c'est facilement vérifiable. Tout était réglo", s'est défendu le pêcheur. 

"On était peinés de voir qu'il était peut-être en position de gagner le Vendée Globe et qu'il aurait perdu parce que il y a eu le choc avec nous, assure Aitor Badiola. Mais quand j'ai vu toute cette histoire de système AIS, mince alors." 

dossier :

Vendée Globe

JA