RMC Sport

Blain : « Les Bleus ont le goût du combat »

Philippe Blain

Philippe Blain - -

Philippe Blain, le sélectionneur de l’équipe de France, décrypte les enjeux du championnat du monde qui débute ce jeudi en Italie (du 23 octobre au 10 octobre).

L’Italie, un pays de volley
« J’ai appris mon métier d’entraîneur à Cuneo. J’y ai passé deux années exceptionnelles. L’Italie est un pays de volley. Je me souviens que lorsque je gagnais un match, la boulangère m’offrait le pain. En revanche, quand je perdais, il valait mieux que j’aille le chercher ailleurs. »

Les Jeux dans le viseur
« En termes d’objectif, il est difficile de se projeter vers un 8e ou un quart de finale puisque la compétition va être une succession de poules. Ce qui est sûr, c’est qu’on veut revivre une expérience humaine comme celle vécue en Turquie l’an dernier (finaliste de l’Euro). On a aussi envie d’utiliser ce Mondial pour préparer nos jeunes au très haut niveau, pour qu’ils puissent être en mesure de jouer les qualifications olympiques. Donc, cela passe par l’amélioration de notre ranking mondial. »

Gare aux Tchèques
« Notre premier match sera certainement le plus difficile. Beaucoup de Tchèques évoluent en France et auront à cœur de briller contre nous. Une victoire contre eux reviendrait à gagner l’une des deux places de la poule. C’est l’objectif. Finir troisièmes ne nous éliminerait pas mais cela nous obligerait à jouer des nations comme le Brésil et la Serbie. »

Des favoris à profusion
« Parmi les favoris, il y a le Brésil, qui est tout le temps sur le podium des grandes compétitions. Il ne faut pas oublier non plus les Etats-Unis, champion olympique en titre. On peut citer les Allemands, les Polonais, les Serbes et les Italiens, forcément, qui joueront chez eux. Nous, on doit traîner quelque part là-dedans. Nous ne sommes pas aussi physiques que nos adversaires. En revanche, on a le goût du combat. Nos rivaux craignent ce côté teigneux. »

Alix Dulac et Rodolphe Massé