RMC Sport

Agressions sexuelles présumées en athlétisme: une amie de la victime témoigne contre Giscard Samba

Au lendemain des révélations du journal Le Monde sur des agressions sexuelles présumées de deux entraîneurs nationaux d’athlétisme, Cassandra, amie d’une des victimes, a livré son témoignage sur Giscard Samba lundi soir sur BFM Sport.

L’athlétisme français au cœur d’un énorme scandale. Selon les révélations du journal Le Monde, une athlète du groupe entraîné par Giscard Samba, qui a préféré garder l’anonymat, l’accuse de l’avoir violée en janvier 2017. Et cette prise de parole de Carole (son nom d’emprunt), a délié des langues dans ce groupe d’athlètes. Aujourd'hui, de nombreuses femmes témoignent d’un homme aux manières douteuses, harceleur de jour comme de nuit.

Cassandra, rencontrée ce lundi matin par BFM Sport, est une amie de la victime. Elle aussi dit avoir vécu des choses difficiles avec Giscard Samba, et a souhaité s’exprimer pour que cela ne se reproduise plus. "C’est un pervers narcissique. A chaque fois qu’il expliquait un exercice ou qu’il le montrait, il y avait toujours un rapport avec le sex, avec tout le monde (…) Avec nous, il a envie de tout diriger, de nous dire à qui on doit parler, avec qui on doit sortir etc. Carole, j’ai tout de suite compris qu’elle était méfiante avec lui. Elle ne voulait pas être proche de lui, mais lui si."

"Elle avait les larmes aux yeux tellement elle avait peur de le voir"

"Lors de cette affaire du stage en janvier dernier, j’étais déjà couchée et lorsque je me suis retournée pour prendre une bouteille d’eau, j’ai vu entre la fenêtre et le store qu’il y avait une ombre. C’était Giscard Samba avec une capuche et son téléphone qui nous regardait (…). Il a demandé à parler à Carole, et elle avait les larmes aux yeux tellement elle avait peur de le voir. Elle avait laissé son téléphone allumé pour que j’entende la conversation, mais je n’ai rien entendu. Je me suis endormie vers 23 heures, et elle est rentrée vers 3-4h du matin. Elle m’a dit qu’ils ont parlé toute la nuit, qu’elle était restée assise devant les escaliers de la chambre et qu’il la suivait. Elle a quitté le groupe après les championnats de France en salle. Ils étaient assis dans le train à côté. Elle voulait dormir et lui voulait discuter tout le trajet, il faisait la gueule comme si elle était sa copine… Je ne vois pas pourquoi il devrait continuer à entraîner, en tout cas pas les filles."

De son côté, Giscard Samba passera en commission de discipline au mois de mai. En attendant, il a été décidé qu’il ne serait présent à aucun rassemblement de l’équipe de France à titre conservatoire. Le tribunal a été saisi, et reste à son club désormais de s’assurer qu’il n’intervienne pas au quotidien auprès des athlètes. Contacté, Giscard Samba n’a pas souhaité répondre à nos sollicitations. DTN de la Fédération française d’athlétisme Patrice Gergès a pu, lui, s’entretenir avec l’intéressé: "Il est venu nous en parler de lui-même puisqu’il avait eu écho des rumeurs. Il nous a dit que ce sont des personnes qui lui en veulent car il réussit en tant qu’entraîneur, et qui veulent le toucher parce qu’il y a de la jalousie. Il avait ses propres arguments". A la justice, désormais, de faire toute la lumière sur cette affaire.

La rédaction RMC Sport