RMC Sport

Alexis Miellet, vacciné contre le Covid-19 : "C’est une pression en moins avant les Jeux olympiques"

Sur recommandation du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF), les athlètes et leur entourage participants aux JO sont appelés à se faire vacciner rapidement. La Fédération Française d’Athlétisme suit donc le même chemin, encourageant ses athlètes à le faire vite, même si aucune obligation n’est de mise. La plupart des Bleus se feront vacciner, mais préfèrent ne pas le dire publiquement. Alexis Miellet, triple champion de France en titre du 1500m et qualifié pour les Jeux Olympiques de Tokyo sur la distance, a accepté d’expliquer sa décision. Il a reçu en début de semaine sa première injection du vaccin contre le Covid-19.

Pourquoi avoir choisi de vous faire vacciner contre le Covid-19 ?

Tout simplement parce que ce sera beaucoup plus simple pour se déplacer, pour prendre l’avion, avec en plus les Jeux olympiques dans peu de temps. Même au Japon, tout sera plus simple aussi, je pense, en étant vacciné.

Tout s’est bien passé ?

Très bien, aucun effet secondaire, j’ai reçu une dose de Pfizer donc aucune inquiétude sur une possible thrombose. Mais même si j’avais reçu l’Astra Zeneca, je n’aurais pas été inquiet. J’ai eu une petite douleur au bras comme pour le tétanos ou un autre vaccin. Mais je sais que c’est surtout après la deuxième dose qu’il y a un risque de fatigue.

Avez-vous peur de contracter le virus ?

À priori, j’ai peu de chances de développer une forme grave de la maladie (ndlr : Alexis Miellet vient de fêter ses 26 ans). Mais on ne sait jamais. Je pense que je me serais fait vacciner quoi qu’il arrive, mais avec mon statut de sportif de haut niveau, c’est une pression supplémentaire. Surtout si avoir le COVID m’empêche de pouvoir m’entraîner normalement. Je ne peux pas me permettre de m’arrêter cinq ou six jours avec 40°c de fièvre.

Vous vouliez aller vite pour la première injection, en pensant à votre programme jusqu’aux Jeux olympiques ?

C’est ça. J’aurais voulu aller plus vite encore, recevoir la première dose il y a deux semaines mais ce n’était pas possible. Il y a au moins un mois de délai avant la deuxième injection. Ca tomberait donc le 4 juin mais cela tombe pendant une période de compétition. J’aimerais décaler au 10 juin pour être tranquille. L’idée de base est d’éviter absolument les jours qui vont précéder les championnats de France d’athlétisme (à Angers les 26 et 27 juin) car je veux être au top là-bas. Si je peux recevoir la deuxième injection du vaccin le lendemain d’une compétition, ce serait parfait. Je sais qu’après, j’ai un ou deux jours plus tranquille niveau entraînement.

Objectif championnats de France donc avant la grande découverte, vos premiers Jeux olympiques...

Pour l’instant, je suis qualifié c’est vrai mais pas encore sélectionné officiellement par la Fédération. Rien n’est acquis dans la vie même s’il n’y a pas de raison que cela se passe mal. C’est pour ça que je veux être fort aux championnats de France. Déjà pour conserver mon titre sur 1500m et pour montrer que je mérite ma sélection. Le gros chrono ne sera pas l’objectif prioritaire.

Quelles seront vos ambitions à Tokyo?

J’irai tour par tour. Comme j’ai dit, rien n’est acquis. J’aimerais me qualifier pour la finale déjà, après avoir goûté aux demi-finales lors des derniers championnats du monde de Doha en 2019. Ce seront mes premiers JO mais je ne serai pas dans la découverte car j’ai déjà fait les Universiades (ndlr : médaille d’argent sur 1500m en 2017) qui sont sur le même format que les Jeux. Je connais le village, l’ambiance. Alors c’est sûr que ces Jeux seront bizarres, sans supporters français notamment… Mais cela reste des JO et sur place il n’y aura pas de problème pour la motivation. Ce ne seront pas les Jeux rêvés certes, mais j’y vais à 100% !

Aurélien Tiercin