RMC Sport

Athlétisme: la sortie raciste et polémique d'un entraîneur belge

Jacques Borlée, père des athlètes Kévin et Jonathan, a été l'auteur d'une sortie raciste ce mardi. L'entraîneur belge a expliqué que les sprinteurs noirs craquaient mentalement lorsqu'un blanc était meilleur qu'eux pendant une course.

On choisit ses amis, pas sa famille. Jonathan et Kévin Borlée, spécialistes belges du 400m vont probabmement être invités à se désolidariser de leur père Jacques dans les prochains jours. Père des deux multiples champions d'Europe d'athlétisme, celui qui est aussi leur entraîneur a dérapé ce mardi. Invité à réagir sur sa théorie du syndrôme Jesse Owens, en lien avec l'échec des sprinteurs nazis face à un athlète noir américain aux JO de Berlin 1936, le père des jumeaux Borlée s'est fendu d'une sortie raciste.

"Quand il y avait mes fils, il y avait deux ou trois blancs. Et la plupart du temps, c'est tout le temps les noirs qui sont dominants en sprint. Et donc nous avons le syndrôme Jesse Owens. Ils ont quelque chose de dominant par rapport à nous. Et c'est indéniable, a lancé Jacques Borlée pour la chaîne d'info belge Les News 24. Par contre, quand un blanc parvient à montrer qu'il est meilleur qu'eux (les sprinteurs noirs), ils perdent pied."

Ewanjé-Epée: "Catastrophique analyse et vision"

Outre le caractère raciste de tels propos, pas étayés, Jacques Borlée dessert ses propres fils avec une telle sortie. Comme le souligne la membre de la Dream Team RMC Sport Maryse Ewanjé-Epée, la saillie à caractère raciste de leur entraîneur minmise le talent de Kévin et Jonathan Borlée.

"Catastrophique analyse et vision, a lancé l'ancienne détentrice du record de France en saut en hauteur dans un tweet incendiaire. Qui décrédibilise le talent et le travail de ses fils et qui crétinise tout athlète noir."

Dans son analyse, Jacques Borlée explique aussi comment il s'est servi de cette théorie sur le syndrôme de Jesse Owens inversé pour l'utiliser pendant des courses. Et notamment lors des relais mondiaux de l'IAAF en 2015 au Bahamas. Le 4X400m belge, composé notamment des jumeaux Borlée et de leur frère cadet Dylan, avait pris la troisième place.

"C'est ça que j'essaye d'expliquer et d'appliquer dans certains relais, a encore estimé l'entraîneur belge d'athlétisme. Derrière un dépassement, il y a un capharnaüm où les quatre derrière Julien Watrin ne savent plus comment passer le témoin et nous on fait le trou."

JGL