RMC Sport

Athlétisme: qui est le Français Sasha Zhoya, qui claque record sur record sur 110m haies?

Le phénomène Sasha Zhoya, sacré champion du monde juniors du 110m haies ce samedi après avoir battu deux jours de suite le record du monde, confirme tous les espoirs placés en lui. Véritable prodige de l'athlétisme, il a choisi de représenter la France il y a un peu moins de deux ans, alors que l'Australie lui faisait les yeux doux, et est attendu au sommet pour les JO de Paris en 2024.

Difficile de mieux répondre à toutes les attentes placées en lui. Véritable prodige, le Français Sasha Zhoya est perçu depuis longtemps comme une star en devenir et ce ne sont pas ses performances aux Mondiaux juniors 2021 qui vont donner tort à tous ceux qui voient en ce gamin le futur de l'athlétisme.

Ces derniers jours, à Nairobi (Kenya), Sasha Zhoya a tout simplement écoeuré la concurence sur le 110m haies U20. La demi-finale? Record du monde juniors de la discpline en 12''93. La finale? Remportée haut la main en améliorant son record du monde de la veille de 21 centièmes (12''72).

Symboliquement "mieux" que le record du monde séniors

Le chrono supersonique réalisé en finale des Mondiaux juniors est d'autant plus impressionnant qu'il est inférieur à celui établi par l'Américain Aries Merritt, recordman du monde "élite" en... 12''80. Si les haies sont moins hautes en juniors qu'en séniors (99 cm contre 1,06m), la performance, aussi symbolique soit-elle, illustre bien l'aspect hors-normes du bonhomme.

Tout juste âgé de 19 ans, Sasha Zhoya n'en est pas à son coup d'essai et confirme qu'il est bien la relève de l'athlétisme mondial. Avant ces Mondiaux juniors de Nairobi, il avait déjà battu les records du monde cadets du 60m haies, du 110m haies... et du saut à la perche.

Il faisait jeu égal avec Armand Duplantis au même âge

Car le Français n'est pas seulement un hurdler qui écrase tout sur son passage. En plus de sa pointe de vitesse, son agilité lui a aussi permis de briller dans l'une des disciplines les plus exigeantes de l'athlétisme. A âge égal, il faisait notamment mieux qu'un certain Armand Duplantis, recordman du monde (6m18) et champion olympique à Tokyo. Pour accéder au plus haut niveau, Sasha Zhoya a choisi de se focaliser sur les haies en 2020. Et bien lui en a pris quand à en croire la masterclass de Nairobi...

Né d'une mère française et d'un père zimbabwéen en Australie, l'athlète a longtemps hésité avant de choisir le pays qu'il allait représenter sur la scène internationale. Face au talent du garçon, les fédérations française et australienne ont tout donné pour l'attirer dans leur giron. C'est finalement la France qui a décroché la timbale début 2020.

Objectif Paris 2024

"Maintenant j’ai choisi la France, il n’y a plus de questions des médias et de tout le monde à propos de ça. Cela rend ma vie moins stressante", avouait-il d'ailleurs à RMC Sport au moment de cette décision. Plus que de la sérrenité, le choix de l'Hexagone et de l'Insep a également permis à Sasha Zhoya de s'entourer des meilleurs : Philippe D'Encausse (entraîneur de Renaud Lavillenie) pour la perche et Ladji Doucouré (ancien champion du monde de la discipline) pour les haies.

Désormais, tous les yeux sont rivés vers Paris en 2024, où il est programmé pour briller. Après le triste bilan de Tokyo (une seule médaille, en argent, décrochée par Kevin Mayer en décathlon), l'athlétisme français se cherche un nouveau souffle et Sasha Zhoya est incontestablement le chef de fil de la nouvelle génération. Dautant que, d'ici là, le jeune homme a encore le temps de repousser les limites.

Felix Gabory Journaliste RMC Sport