RMC Sport

Ewanjé-Epée : "Pas d’inquiétude pour le Dieu du sprint : Usain Bolt est bel et bien là"

Maryse Ewanjé-Epée

Maryse Ewanjé-Epée - DR

Membre de la Dream Team RMC Sport, Maryse Ewanjé-Epée revient sur les séries du 100 mètres et l’entrée en lice des favoris de l’épreuve reine. Galtin, Bolt, Vicaut : les grands noms ont déjà tous frappé. Ça promet pour les demies et la finale de ce dimanche.

« Les oiseaux ont quitté le nid ! Et ça va sacrément vite dès les séries sur la piste du Nid d’Oiseau de Pékin ! En 2008, aux Jeux Olympiques, plusieurs des favoris avaient marqué leur territoire en descendant sous les dix secondes… mais seulement au stade des quarts de finales, le 100m comportant alors encore quatre tours. Sept ans plus tard, la règle des écrémages a été adoptée. Ces sortes de wild cards pour concurrents ‘‘mineurs’’permettent aux « cadors » de s’épargner un tour mais durcit l’opposition dès l’entrée en matière.

Et en effet, alors que Bolt et consorts (dont déjà Gay et Powell !) avaient couru aux environs de 10’’20 en série des JO, ils ont cette fois-ci tombé le ‘‘mur de la grande classe’’ dès leur premier tour. Huit coureurs se sont ainsi étalonnés entre 9’’83 pour le favori ‘‘statistique’’, l’Américain Justin Gatlin, et 9’’99 pour le rookie canadien André de Grasse, très attendu après ses exploits (trop ventés) des championnats universitaires. »

« Pas d’inquiétude pour le Dieu du sprint : Usain Bolt est bel et bien là »

« Dans ce concert de gambettes supersoniques, la silhouette strappée du recordman d’Europe Jimmy Vicaut a fait forte impression. Le Français produit le troisième chrono des engagés et sa deuxième meilleure performance personnelle de tous les temps. Il tient son rang, le Jimmy ! Et si ça veut bien sourire, il ne devrait pas être loin d’un exploit dimanche !

Et la ‘‘Foudre’’ Bolt me direz-vous ? Pas d’inquiétude pour le Dieu du sprint : Usain Bolt est bel et bien là, appliqué au départ, sérieux dans sa gestuelle et relâché dans un effort à peine poussé pour remporter sa série en 9’’96 sans un regard pour la concurrence. Le match est donc plus que lancé et il se pourrait bien que comme en 2008, les courses bluffantes de Bolt (au sens propre comme au figuré) l’amènent vers un nouveau sacre malgré la domination tout au long de la saison de son nouveau meilleur ennemi – depuis la suspension pour dopage de l’Américain, Bolt multiplie les déclarations acides sur son rival – Justin Gatlin le maudit. Il y a sept ans, Bolt avait débuté ses JO en 10’’20 puis il avait grignoté le temps. 9’’92 en quart de finale, 9’’85 en demi-finale… et 9’’69 en finale ! C’était alors le nouveau record du monde… »

Maryse Ewanjé-Epée