RMC Sport

Dopage: Farah "soulagé" par l'annonce de la suspension de Salazar

Le Britannique Mo Farah, légende de l'athlétisme aux quatre titres olympiques, s'est dit ce mardi "soulagé" par l'annonce de la suspension d'Alberto Salazar par l'USADA pour  trafic de testostérone.

Quand l'USADA a annoncé ce mardi la suspension d'Alberto Salazar pour quatre ans après deux années d'une rude bataille juridique et quatre ans d'enquête, tout le monde a attendu la réaction des athlètes qu'il a entraîné, et particulièrement celle de Mo Farah, quadruple champion olympique. Depuis deux ans et la fin de sa carrière sur piste pour se lancer sur marathon, le Britannique n'a plus Alberto Salazar comme entraîneur.

"Je suis soulagé que l'USADA, après quatre ans, ait achevé son enquête sur Alberto Salazar. Un jugement a été rendu et je suis heureux qu'il y ait enfin une conclusion", a-t-il commenté dans des propos relayés par l'AFP. L'entraîneur était à la tête du Nike Oregon Project, financé par la populaire marque américaine, rassemblant des coureurs de fond dans l'Oregon. "J'ai quitté le Nike Oregon Project en 2017, j'ai toujours dit que je n'avais aucune tolérance envers ceux qui enfreignent les règles où franchissent la ligne", a affirmé Farah.

Hassan est "choquée"

Mo Farah n'est pas le seul athlète à voir son image particulièrement écornée par la suspension d'Alberto Salazar, qui devrait sans aucun doute faire appel très prochainement de cette sanction. C'est aussi le cas de Sifan Hassan, championne du monde du 10.000 mètres dimanche aux Mondiaux de Doha, recordwoman du monde en salle du mile et membre actuelle du Nike Oregon Project. 

"Je suis choquée par la décision d'aujourd'hui, alors que je suis en pleine préparation pour ma prochaine course aux Mondiaux, a réagi la Néerlandaise qui va participer au 1.500 mètres mercredi. J'étais consciente des enquêtes en cours quand j'ai rejoint l'équipe et j'ai toujours eu la conscience tranquille. Je veux insister sur le fait que cette enquête concerne une période antérieure à mon arrivée dans l'Oregon Project".

AFP avec JR