RMC Sport

JO 2016 : Renaud Lavillenie a fait "une boulette" sur la comparaison avec 1936

Renaud Lavillenie

Renaud Lavillenie - AFP

Médaillé d’argent à la perche aux JO 2016, Renaud Lavillenie avait osé comparer les sifflets du public brésilien à l’ambiance des JO 1936 à Berlin quand les Nazis s’en prenaient à Jesse Owens. Une « boulette », a reconnu le Français sur RMC.

Critiquer le public brésilien qui l’a sifflé, ok. Comparer cette ambiance avec celle des Jeux de 1936 à Berlin à l’encontre de Jesse Owens, pas ok. Renaud Lavillenie avait pourtant fait ce rapprochement ce lundi soir à Rio, quelques instants après avoir été battu par le Brésilien Thiago Braz aux JO 2016 et avoir dû se contenter de la médaille d’argent. Le Français s’est ensuite dit « désolé » sur les réseaux sociaux. Et il a reconnu « une boulette » ce mardi sur RMC.

A lire aussi >> JO 2016 : Lavillenie se compare à Jesse Owens en 1936… puis s’excuse

« Plus légitime avec les JO 1980 et le cas de Kozakiewicz »

« J’assume ce que j’ai dit ("ambiance de merde", ndlr). Après, j’ai fait une boulette sur ma comparaison avec 1936, a expliqué le recordman du monde. C’est juste qu’il y a quelques semaines, j’ai vu le film sur Jesse Owens et c’est surtout sur le contexte, les Allemands étaient très hostiles quand il y avait des compétiteurs noirs. C’est ce degré d’hostilité qui m’a interpellé. Je pense que la comparaison aurait été plus légitime si j’avais comparé ce qui s’est passé hier avec les JO 1980 et le cas de Kozakiewicz qui fait un beau bras d’honneur dans le même contexte (un Polonais lors des Jeux à Moscou, ndlr). »

« C’est une réaction qui a été faite à chaud et c’est toujours très compliqué de peser ses mots dans un contexte comme ça, a poursuivi le Français. Après, sur l’accueil du public, je ne vais rien retirer du tout parce que pour moi ça n’a rien à faire dans un stade olympique. C’est moche. »

A lire aussi >> JO 2016, Renaud Lavillenie : "Une immense déception, cette ambiance de merde"