RMC Sport

Marathon: Pourquoi le record du monde de Kipchoge n'est pas homologué

Eliud Kipchoge, à 34 ans, a marqué une page de l'histoire du sport ce samedi à Vienne en Autriche en étant le premier homme à franchir la barre des deux heures en marathon. Si l'exploit reste considérable, la fédération internationale d'athlétisme (IAAF) ne pourra pas homologuer ce temps comme le nouveau record de la discipline. Voici pourquoi.

Record du monde ou pas, Eliud Kipchoge vient de rentrer dans l'histoire du sport. Premier homme à passer sous la barre mythique des deux heures sur un marathon, sa performance en 1h59min40sec ne sera pourtant pas homologuée par la fédération internationale d'athlétisme (IAAF). 

"Marquer l'histoire, c'était mon but. Je suis un homme heureux. Il n'y a pas de limites humaines", a confié Kipchoge ce samedi qui détient toujours le record officiel sur marathon en 2 h1min39sec, temps réalisé en septembre 2018 à Berlin. Fier d'accoler son nom à ce temps historique, le Kényan a comparé son exploit au premier homme à "avoir marché sur la Lune". 

De nombreuses conditions favorables à la performance

Pour homologuer un record, la règle stipule que la compétition doit être définie à l'avance avec une heure fixe. Ce qui n'a pas été le cas à Vienne, où les organisateurs ont attendu le dernier moment pour bénéficier de conditions météorologiques idéales. Autre élément, Kipchoge n'a fait face à aucun adversaire, bien au contraire. Il a été aidé tout au long de sa performance par 41 "lièvres", des partenaires qui en échange d'une rémunération régulent l'allure pour le "leader" sur un temps défini. A Vienne, 7 "lièvres" se sont relayés tous les 5 kilomètres pour maintenir le rythme. 

L'armada autour de Kipchoge a été rendue possible grâce au sponsor de ce qui restera une exhibition. Ineos, par l'intermédiaire de son président Jim Ratcliffe, nouveau propriétaire de l'OGC Nice et détenteur de l'équipe de cyclisme anciennement baptisée Sky, a été à l'origine de cet exploit dans l'ancienne réserve de chasse du Prater, dans le centre de Vienne.

Une précédente tentative infructueuse 

En cause aussi: ravitaillements continus, voiture ouvreuse permettant aux coureurs de bénéficier d'une aspiration et d'indiquer la meilleure trajectoire à l'aide d'une lumière, des "lièvres" qui se relaient avec Kipchoge bien protégé... Ce n'est pas la première fois que le Kényan de 34 ans tente cet exploit. A Monza en 2017, lors d'une tentative de passer sous cette barre des deux heures organisée par Nike, Eliud Kipchoge échouait pour 24 secondes.

Cette fois, sur un parcours quasiment plat et doit avec 2 virages et 90% de lignes droites, Eliud Kipchoge a pu maintenir une allure moyenne à plus de 21km/h. Phénoménal par rapport au premier record homologué le 24 juillet 1908 par Johnny Hayes en 2h55min18sec. Mais l'IAAF ne classera que cette performance comme une exhibition, comme cela a été le cas lors de sa première tentative à Monza en 2017. Libre à chacun ensuite d'apprécier ce moment "d'histoire" à sa juste valeur. 

GL