RMC Sport

Mondiaux d'athlétisme: le Français Quentin Bigot répond aux critiques sur son dopage passé

Quentin Bigot

Quentin Bigot - AFP

Vice-champion du monde du lancer du marteau cette semaine à Doha, le Français Quentin Bigot a immédiatement dû essuyer des critiques. En cause: sa suspension, en 2014, de deux ans pour prise de produits anabolisants. Invité de l'Intégrale Sport sur RMC ce samedi, il a réagi aux critiques.

En argent sur le lancer du marteau, mercredi aux Mondiaux de Doha, Quentin Bigot a très vite subi le revers de la médaille. Sa deuxième place du concours, le Lorrain de 26 l'a décrochée grâce à un jet à 78,19m. Son meilleur lancer depuis 2016, date de son retour à la compétition après deux ans de suspension pour prise de produits anabolisants.

Lâché par certains athlètes

Alors, forcément, sa belle performance a immédiatement soulevé quelques interrogations. Certains, comme Arnaud Assoumani, champion paralympique du saut en longueur en 2018, allant même jusqu'à "ne pas accepter" cette médaille.

En se fondant de ce tweet, par ailleurs "aimé" par Martin Fourcade, l'athlète français soulève une question: peut-on de nouveau concourir à haut-niveau après s'être fait prendre pour dopage ?

"Il y aura toujours des commentaires malsains"

Quentin Bigot, interrogé sur le sujet ce samedi dans l'Intégrale Sport sur RMC, a réagi aux doutes qui entourent ses performances. "Il y aura toujours des commentaires malsains. Si je n'avais pas lancé aussi loin, on aurait dit que les produits ne faisaient plus effet. Je lance aussi loin, on affirme qu'il y a des restes des produits. Et si je lance encore plus loin à l'avenir, on me dira que je prends encore des produits", s'est désolé Quentin Bigot.

"Beaucoup ont compris mon histoire"

"Quoi je fasse, on me le reprochera jusqu'à la fin des mes jours. Moi, je fais tout pour expliquer que c'était une erreur de gosse", plaide le conducteur de train, qui va retourner à sa vie "normale" dès la semaine prochaine. "Je ne suis plus la même personne qu'à l'époque où j'ai fait ça. Peut-être que des gens ne m'ont pas pardonné, mais beaucoup ont toute de même compris mon histoire."

FG