RMC Sport

F1: Hamilton explique l'erreur qui lui a coûté cher en Azerbaïdjan

En position de jouer la gagne, ou au moins le podium, dimanche lors du Grand Prix de F1 d'Azerbaïdjan, Lewis Hamilton a tout perdu sur une erreur de sa part. Le champion du monde en titre s'en est expliqué après la course.

Malgré un week-end pour le moins difficile, il avait la possibilité de signer un très gros coup au général. Dimanche, après le crash de son rival numéro 1 Max Verstappen (Red Bull) lors du Grand Prix d'Azerbaïdjan, Lewis Hamilton (Mercedes) s'est retrouvé dans une position quasi idéale lors du "restart", à deux tours de la fin. Deuxième derrière Sergio Pérez (Red Bull), le Britannique pouvait facilement assurer le podium, voire s'imposer.

Dès l'extinction des feux au 50e tour (sur 51), Hamilton a d'ailleurs pris le dessus sur le Mexicain... jusqu'au premier virage. Un virage serré où il a été victime d'un blocage de roues, et a offert au public un magnifique "tout-droit" qui a anéanti ses rêves de succès, et l'a contraint à une triste 15e place.

"J'ai touché un interrupteur qui a en gros désactivé les freins"

Comment le champion du monde en titre a-t-il fait pour se manquer à ce point? Il a en fait été victime d'un mode spécial sur sa voiture. Qu'il a activé par inadvertance... "Au redémarrage, je pense que lorsque Checo (Perez) s'est décalé vers moi, j'ai touché un interrupteur qui a en gros désactivé les freins, alors je suis allé tout droit", a expliqué l'intéressé après la course. Et de préciser: "Je ne savais même pas que je l'avais touché."

Le bouton "magique" au coeur de ses mésaventures est normalement fait pour chauffer les pneus avants de la voiture juste avant le départ d'une course en modifiant l'équilibre des freins. Hamilton l'a probablement éteint avant le départ avant de le remettre de nouveau par accident. "Il a touché un bouton et l'équilibre des freins a changé", a confirmé le patron de Mercedes, Toto Wolff.

"C'est difficile à accepter, a confié Hamilton. Je suis surtout désolé pour les hommes et les femmes de l'équipe, qui ont travaillé si dur pour ces points. Mais nous allons rebondir et revenir plus forts à coup sûr." Après six courses, le Britannique est toujours deuxième du général, à quatre points de Verstappen.

C.C.