RMC Sport

GP d’Azerbaïdjan: Pirelli se défend après les crashs de Stroll et Verstappen

Lors du Grand Prix d'Azerbaïdjan ce dimanche, Lance Stroll et Max Verstappen ont été victimes de crevaisons à haute vitesse sur circuit de Bakou. Elles pourraient avoir été provoquées par des débris selon Pirelli, qui se retrouve au cœur des critiques.

Tour 30 du GP d'Azerbaïdjan, ce dimanche après-midi. Le Canadien Lance Stroll, parti en cinquième ligne, perd le contrôle de son Aston Martin et vient percuter à grande vitesse les barrières de sécurité. Un peu plus tard, au tour 46, la même chose arrive à Max Verstappen (Red Bull). Les deux pilotes de 22 et 23 ans s’en sont sortis indemnes, sans dommages physiques, mais ont été contraints à l’abandon. Comment expliquer ces deux crashs ? Tout semble indiquer qu’ils ont été trahis par un de leurs pneus. De quoi relancer la polémique sur la qualité et la sécurité des pneus Pirelli.

"C'est toujours embêtant quand cela arrive comme ça à la fin. Pirelli dira probablement que c'est dû aux particules de carbone sur la piste. Il est évident qu'ils n'aiment pas non plus ce qui s'est passé ici aujourd'hui. Au final, ça ne change rien à ma course. Avec un peu de chance, je suis toujours premier du championnat, mais j'aurais pu creuser un écart beaucoup plus important ici", s’est agacé Verstappen dans des propos rapportés par l’agence de presse Belga. L'état-major de Red Bull a également fait part de son inquiétude auprès de la direction de course. Sous pression, Pirelli a cherché à se défendre, en promettant de mener une analyse complète la semaine prochaine.

Une analyse complète en Italie

Selon les premiers éléments fournis par le fournisseur, les crashs pourraient avoir été provoqués par des débris sur la piste. "Je pense que nous pouvons exclure le fait que les défaillances soient dues à l'usure des pneus... car ce n'est pas une question d'usure des pneus. Le pneu arrière gauche n'est pas le pneu le plus sollicité à Bakou car c'est évidemment l'arrière droit. Il semble que ce soit une coupure due à des débris, car comme je l'ai dit, ce n'est pas le pneu le plus sollicité. Nous avons eu d'autres voitures effectuant le même nombre de tours sur les mêmes pneus sans aucun problème. Pour Max, cela pourrait être lié à des débris de la voiture de Lance. Pour Lance, je ne sais pas car il n'y a eu aucun incident avant sa chute", a réagi le patron de Pirelli Formule 1 Mario Isola sur le site de la F1.

"Il est presque impossible de concevoir un pneu capable de résister à tout type de débris, s'il s'agit de débris. Si ce ne sont pas des débris, nous devons envisager nos contre-actions. Mais je comprends parfaitement que les conducteurs qui tombent à cette vitesse sont inquiets, c'est clair. Je suis également inquiet", a-t-il ajouté auprès du site Motorsport.

Pirelli va maintenant renvoyer les pneus par avion à son QG de Milan afin d'effectuer une enquête complète, Isola souhaitant avoir un rapport à donner à temps aux équipes avant le Grand Prix de France dans deux semaines (20 juin). A Bakou, tirant profit d'une course complètement folle, entre le crash de Verstappen et le tout-droit d’Hamilton, c’est Sergio Pérez qui s'est imposé. Son premier succès avec Red Bull.

RR