RMC Sport

Inhumé ce mardi, Anthoine Hubert brisé en pleine ascension

Champion de France en F4 et de GP3 Series, Anthoine Hubert est mort le 31 août dernier des suites de son accident sur la piste de Spa-Francorchamps, à 22 ans. Pilote de F2, le Lyonnais a été inhumé ce mardi à Chartres. L’occasion de reprendre le tracé d’une carrière prometteuse, brisée prématurément.

Au moment de célébrer, le 1er septembre dernier à Spa, sa première victoire en Grand Prix de Formule 1, doigt pointé vers le ciel, Charles Leclerc a le cœur meurtri. La veille en Belgique, le pilote monégasque a perdu un ami. Victime d’un effroyable accident au deuxième tour de la ‘’Feature Race’’ de Spa-Francorchamps, en marge du Grand Prix de Formule 1 le 31 août dernier, Anthoine Hubert décède des suites de ses blessures et de l’impact de sa monoplace avec celle de Juan Manuel Correa, plongé lui dans un coma artificiel. Laissant un grand vide et provoquant une immense tristesse dans le monde du sport automobile. 

Ami du pilote de chez Ferrari mais aussi du Français Pierre Gasly (Toro Rosso), le Lyonnais qui avait 22 ans a été inhumé ce mardi à Chartres (Eure-et-Loir). ‘’Quand vous avez 22, 23 ans, vous n’êtes pas prêt à vivre ce genre d’événement, à perdre l’un de vos meilleurs amis, peinait à souffler Gasly face aux médias, à l’issue de sa 9e place à Spa. J’ai grandi avec Anthoine depuis nos 7 ans et nos débuts en karting. (…) Je suis encore sous le choc. Je n’y crois pas, je ne réalise pas, comment tout peut basculer si vite.’’

Charles Leclerc
Charles Leclerc © AFP

Bac scientifique et Formule 4

Quatre ans après la disparition tragique de Jules Bianchi, le décès d’Antoine Hubert remue un terrible souvenir pour tous les amoureux de monoplace. Né le 22 septembre 1996 à Lyon (Rhône), le jeune pilote avait été repéré par la Fédération française du sport automobile (FFSA) dès ses premiers exploits sur quatre roues. A 13 ans, en 2010, le garçon intégrait déjà l’équipe de France FFSA Karting, de laquelle il sorti deux ans plus tard avec des performances plus que prometteuses. Sa première année de course automobile, qu’il négocie aussi bien qu’il obtient son bac scientifique, se solde par un titre de champion de France de Formule 4 avec onze victoires à son actif, en 2013.

L’année suivante, Hubert continue de confirmer son immense potentiel, suivi et soutenu dans son ascension par la FFSA pour laquelle il devient un membre éminent de l’équipe de France Circuit. En 2018, le Rhodanien ajoute un titre majeur à son palmarès en remportant le dernier championnat de GP3 Series de l’histoire – avant qu’il ne devienne FIA F3 –, succédant à de prestigieux aînés tels que Valtteri Bottas (2011), Esteban Ocon (2015) ou encore son ami Charles Leclerc (2016). L’éclosion de Hubert ne manque pas d’interpeller l’écurie Renault, qui l’intègre alors dans sa ‘’Renault Sport Academy’’, qui prépare six jeunes pilotes prometteurs à la consécration en Formule 1. Alain Prost notamment appréciait ses qualités.

Aux portes de la F1

Bien que pilotant une monoplace de l’une des plus modestes écuries du plateau, la Britannique BWT Arden, Anthoine Hubert marque de son empreinte l’année 2019 de Formule 2 en signant deux succès retentissants, dans les rues de Monaco puis devant son public, sur le circuit du Castellet (Var). Le dernier échelon du sport automobile, celui qui mène à la F1, se dessinait déjà dans l’esprit des spécialistes tant le talent du Français volant en main semblait immense, allié à une rare intelligence de course, faisant de lui un candidat de choix pour l’exigeante et élitiste Formule 1.

Surtout que son avenir vers les plus hauts sommets semblait déjà tout tracé, alors que le week-end du drame belge, le pilote se dirigeait vers une équipe de pointe de la Formule 2 selon les dernières informations dans le paddock… Son décès restera donc d’autant plus un désastre pour le monde du sport automobile, qui a multiplié les hommages envers le Lyonnais lors des courses qui ont repris quelques temps après sa disparition. Que ce soit en Europe ou sur le continent américain, témoignant de l’impact qu’a pu avoir ce gamin prometteur parti en pleine ascension.

Romain DAVEAU (@daveauromain)