RMC Sport

Basket: l’Euroligue en négociations pour intégrer une équipe basée… à Dubaï

L’Euroligue et Dubaï sont actuellement en négociations pour qu’une équipe basée dans l'Émirat rejoigne à terme la compétition phare du basket européen. Selon Abdallaj al-Naboudah, homme d’affaires et propriétaire de club émirien, "les premiers signaux sont positifs".

L’ASVEL et Monaco, les deux seules équipes françaises pour l’instant engagées dans la plus prestigieuse des compétitions européennes, devront-elles bientôt prévoir des déplacements à Dubaï ? L'Émirat est en négociations avec l'Euroligue pour qu'une franchise basée sur son sol rejoigne à terme la compétition, a affirmé lundi à l'AFP l'homme d'affaires et propriétaire de club émirien, Abdallah al-Naboudah.

"Des négociations avec l'Euroligue ont débuté il y a huit mois, visant à inclure un club de Dubaï dans le prestigieux tournoi et accueillir certains matches dans la ville", à la Coca Cola Arena (17.000 places), a déclaré M. al-Naboudah, président du nouvellement créé Dubai Basketball Club et ancien vice-président de l'Association de golf.

"Les négociations se poursuivent"

"Il n'y a encore rien d'officiel, les négociations se poursuivent" mais "les premiers signaux sont positifs", a ajouté M. al-Naboudah. L'homme d'affaires a néanmoins démenti des informations rapportées par certains médias européens selon lesquelles Dubaï avait proposé 50 à 60 millions d'euros pour associer le nom de la compagnie aérienne locale (Emirates Airlines) à la compétition. "Nous n'avons pas parlé des droits du nom puisque le championnat a un partenaire commercial (Turkish Airlines) jusqu'en 2025", a assuré M. al-Naboudah.

L'Euroligue avait auparavant confirmé des discussions en vue d'une "potentielle collaboration" avec M. al-Naboudah et des représentants de l'émirat, dans le cadre d'une visite à Dubaï, le 11 octobre. Les 13 clubs actionnaires de l'Euroligue, une ligue fermée sur invitation, s'étaient alors rendus aux Emirats arabes unis.

"Nous avons convié l'Euroligue et les clubs à Dubai pour échanger et proposer l'idée d'une collaboration future, ainsi que pour leur montrer nos capacités sur le terrain", a affirmé Abdallah al-Naboudah, en soulignant l'intérêt "d'inclure un club de Dubaï dans la deuxième compétition la plus importante dans le monde du basket-ball après le championnat américain (NBA)".

La capitale des Emirats, Abou Dhabi, a accueilli en octobre les Milwaukee Bucks et Atlanta Hawks pour deux matches de présaison de NBA. "Bien sûr, nous sommes emballés par le potentiel d'une Euroligue de basketball aux Emirats arabes unis, mais il est encore trop tôt pour entrer dans les détails", avait affirmé de son côté le PDG de l'Euroligue, Marshall Glickman, dans un communiqué après la réunion du 11 octobre. "Nous sommes impatients de poursuivre la discussion", a-t-il ajouté.

L'investissement croissant des pays du Golfe dans le monde du sport suscite de nombreuses critiques des organisations de défense des droits de l'homme, qui les accusent de faire du "sport washing".

Les Emirats, Bahreïn et l'Arabie saoudite accueillent tous trois cette année des Grands Prix de Formule 1, tandis que le Qatar s'apprête à organiser la Coupe du monde de football (20 novembre-18 décembre).

Le royaume saoudien a aussi accueilli cette année le circuit LIV Golf, qui a débauché certains des meilleurs joueurs du monde avec des prix record, suscitant la colère des instances historiques du golf.

F.Ga avec AFP