RMC Sport

Jeep Elite: l'Elan béarnais va passer sous pavillon américain

Vee Sanford à Pau

Vee Sanford à Pau - Icon

Le maire de Pau François Bayrou a présenté ce jeudi un projet de reprise de l'Elan béarnais par un fonds d'investissement américain, derrière lequel se trouve notamment l'ancien joueur NBA Jamal Mashburn.

L'ASVEL de Tony Parker pourrait bientôt voir émerger un concurrent de taille dans le basket hexagonal. En effet, l'Elan béarnais, Pau-Lacq-Orthez pour les intimes, s'apprête à passer sous pavillon américain. Le maire de Pau François Bayrou, qui négociait en douce depuis plusieurs semaines, a présenté ce jeudi le projet de reprise du club par le groupe CounterPointe Sports Group aux salariés puis à la presse.

Derrière ce fonds, se trouvent trois personnalités du basket américain et de la NBA: l’ancien joueur All Star Jamal Mashburn, passé notamment pas les Hornets, et les ex-entraîneurs des New York Knicks Rick Pitino et Stu Jackson. Le trio, qui cherchait à reprendre une formation depuis un certain temps, s'est déplacé dans les Pyrénées-Atlantiques, et aurait notamment été séduit par le Palais des sports.

Une finalisation avant le printemps?

François Bayrou, visiblement ravi d'accueillir ces repreneurs, a fait comprendre que tout est sur la table pour boucler le dossier, même s'il reste encore quelques détails à régler, CounterPointe Sports Group n'ayant encore jamais investi en Europe. La finalisation de ce projet devrait intervenir très prochainement, d'ici la fin mars, espère le maire.

Le changement de mains, en plus d'offrir une nouvelle dynamique à l'équipe, devrait aussi soulager les collectivités locales qui, comme l'a rappelé Bayrou, ont injecté 800.000 euros dans le club ces dernier mois pour l'empêcher de disparaître. Après neuf matchs disputés, Pau-Lacq-Orthez est aujourd'hui 15e de Jeep Elite, avec trois victoires pour six défaites.

"Notre ambition, c'est de redonner à l’Elan béarnais des perspectives internationales", a présenté l'élu. Les collectivités vont donc se désengager progressivement au profit d'actionnaires privés, et le club va voir son statut changer, de société d'économie mixte (SEM) en société anonyme sportive professionnelle (SASP). A noter que le deal porte dans un premier temps sur une durée de quatre ans. Si à cette échéance, le nouveau projet ne fonctionne pas, alors la ville de Pau redeviendra actionnaire majoritaire.

CC avec Eddy Artigau