RMC Sport

C'est la reprise de la Jeep Elite sur RMC Sport: quatre questions sur cette nouvelle saison

Le Jeep Elite (diffusée en exclusivité sur RMC Sport) reprend ce vendredi soir (20h30) avec deux rencontres: Gravelines-Dunkerque affronte Nanterre et Dijon reçoit Châlons-Reims. L’occasion de faire un point sur les forces en présence.

Qui sera champion?

Championnat réputé homogène, la Jeep Elite (ex-Pro A) est souvent indécise. Ce fut le cas l’année dernière où Monaco, favori après une saison régulière bien maîtrisée (1er), s’est finalement incliné en finale face au Mans. Néanmoins, certaines équipes ont les faveurs des pronostics, notamment l’Asvel, Monaco et Strasbourg.

Les Alsaciens, quintuple finalistes malheureux entre 2013 et 2017, semblent partir avec une petite longueur d’avance. “Youssoupha Fall (passé du Mans à la SIG via Vitoria), dans le système de Vincent Collet, ça peut être une machine de guerre”, confie son ancien partenaire sarthois, Antoine Eito. Les Villeurbannais repartent eux avec un nouvel entraîneur, le bouillant monténégrin Zvezdan Mitrovic, qui a fait ses preuves à Monaco. Enfin, du côté de la Principauté, Amara Sy s’attend “à une saison plus difficile que les précédentes”, mais croit aux chances de son équipe après la désillusion de l’an passé.

Le Mans réussira-t-il le doublé?

Quid du Mans, tenant du titre? Le passé récent ne plaide pas vraiment en faveur des vainqueurs sortant. Depuis 2005, un seul club - Limoges en 2015 - est parvenu à réaliser le doublé. Surtout, les Manceaux ont été littéralement pillés à l’intersaison, comme Chalon-sur-Saône l’année précédente. C’est bien simple: aucun joueur du cinq majeur de la saison dernière n’est encore au club! Le prêt de Youssoupha Fall par le Vitoria à Strasbourg a eu du mal à passer pour le MSB qui s’est estimé "trahi" et a pointé du doigt le "manque d’élégance" du joueur et de son représentant.

Toutefois, Le Mans a reconstruit une équipe compétitive et reste un sérieux outsider à sa propre succession. Les arrivées de Michael "Juice" Johnson, meilleur marqueur de Pro A avec Pau en 2015-2016, et du pivot Richard Hendrix constituent de solides arguments.

>> Cliquez ici pour vous abonner aux offres RMC Sport

Qui descendra en Pro B?

Comme souvent, le promu est directement dans le viseur. Pourtant rien ne dit que Fos-sur-Mer retrouvera les parquets de Pro B dès la saison prochaine. "L’équipe mise sur la continuité et peut surprendre", assure Charles Kahudi (Asvel). D’autant que les Provençaux ont attiré un gros poisson dans leurs filets cet été, en la personne de Malik Hairston, ailier américain de 31 ans qui a évolué en NBA (San Antonio) et Euroligue (Sienne, Milan, Athènes et Galatasaray).

Autre club sur la sellette: Boulazac, qui n’a dû son maintien dans l’élite cette saison qu’aux déboires administratifs de Blois, pourtant champion de Pro B, qui s’est vu refusé son accession en Jeep Elite en raison de son centre de formation, non agréé par le ministère des Sports. Enfin, dans un championnat très homogène, des mauvaises surprises ne sont pas à exclure (Antibes, Cholet, Chalon...).

Qui sera désigné MVP?

La succession de Zach Peacock est ouverte. L’intérieur américain de Bourg-en-Bresse avait rayonné la saison dernière avec 19,7 points de moyenne. Et il fait déjà office de favori à sa propre succession. Elément-clé d’une équipe a priori pas destinée à jouer le titre et qui ne disputera pas de compétition européenne, il devrait de nouveau scorer de façon très régulière.

Autre nom sur toutes les lèvres: Youssoupha Fall. Le néo-Strasbourgeois, déjà excellent la saison dernière avec Le Mans, pourrait bien faire des étincelles sous les ordres de Vincent Collet. Mais la philosophie du coach français, basée sur un jeu très collectif, pourrait bien jouer en la défaveur du Franco-sénégalais, le trophée de MVP étant par essence une distinction individuelle.

D’autres joueurs seront évidemment à surveiller, comme Gerald Robinson (Monaco), Mardy Collins (Strasbourg) ou encore Blake Schilb, de retour en France (Châlons-Reims).

Timothée Loubière