RMC Sport

Mahinmi : "Si le sélectionneur m’appelle pour les JO, je suis là"

Pivot de la franchise NBA des Indiana Pacers, Ian Mahinmi était l’invité du Super Moscato Show ce mardi sur RMC. Comme d’autres joueurs évoluant aux Etats-Unis (Batum, Gobert, Fournier), le pivot tricolore ne pourra pas participer au tournoi de qualification olympique avec l’équipe de France aux Philippines (4 au 10 juillet). Il explique pourquoi et confie son envie de participer aux JO, si les Bleus se qualifient.

Sa saison avec Indiana

« Ç’a été une saison franchement bien aboutie du début à la fin. C’est la meilleure saison de ma carrière. C’est la première fois que j’ai un rôle de titulaire. Ça m’a donné l’opportunité de m’exprimer. J’ai pris énormément de plaisir à jouer. Il y a de très bons joueurs à Indiana. On a une superstar, Paul George. Il revient d’une grosse blessure. Il a fait une saison magnifique. D’autres joueurs se sont révélés comme moi ou Myles Turner. C’est une saison encourageante pour la suite. »

Son absence au TQO

« C’est une situation particulière. Nous, joueurs NBA, nous sommes un peu pris en otage entre la Fiba (la fédération internationale) et la NBA. Les dates où les clubs sont autorisés à discuter avec les joueurs et les agents, la date de début c’est le premier juillet et tu ne peux pas signer officiellement ton contrat avant le 7 juillet. Il faut passer des visites médicales par exemple. Pour aller aux JO avec l’équipe de France, on doit passer par le TQO. Il démarre le 5 juillet. Soit exactement au même moment que la période d’agent libre. On doit être aux Etats-Unis pour signer nos contrats et passer des visites médicales. On ne peut pas être à deux endroits au même moment. Sachant que les Philippines, où se déroule le TQO, sont à environ 20 heures de vol. Ces dates de début de mois de juillet sont les mêmes depuis des années en NBA. Il n’y a pas de contact avec les franchises avant le 1er juillet à minuit. C’est pour que tout le monde soit sur un pied d’égalité. Ce sont des gros contrats. Je n’aime pas parler des sommes. Les clubs ne prennent pas ça à la légère. Ce sont des périodes compliquées. »

Son envie de participer aux JO

« Ma position est très claire. Si le sélectionneur m’appelle, je suis là. Il n’y a aucun problème avec l’équipe de France. Tout va bien, j’ai une bonne relation. Ce sont des questions difficiles. C’est important de se poser les bonnes questions dès maintenant. Dès l’année prochaine, il y aura des compétitions pendant l’année. Ça veut dire que nous, joueurs NBA, on ne va certainement pas pouvoir participer à ces compétitions internationales pendant l’année. Que va-t-il se passer l’été ? Il faut dès maintenant répondre à ces questions. Ce n’est pas évident pour le sélectionneur de dire à un joueur : "Tu viens pour le tournoi de qualification mais après sache que des joueurs NBA peuvent arriver derrière. Bien sûr que j’ai envie d’aller en équipe de France. Mais j’ai un employeur, il y des calendriers que je n’ai pas mis en place. Je n’ai aucun contrôle sur ça. »

Sa réaction s’il n’est pas appelé aux JO

« Je comprendrais à 100%. Je me mets dans la situation où je suis joueur de Pro A, je suis disponible pour le TQO. On m’appelle. On se bagarre tous les matches, on gagne, on se qualifie pour les JO. Forcément, j’ai envie d’y aller. Ce sont des choix qui ne sont pas faciles à faire. Le mieux c’est que tout le monde soit sur la même longueur d’onde dès le début. Avant le TQO, qu’on me dise, il y a une possibilité pour que tu sois là si on se qualifie. Que tout le monde soit au courant. De cette manière, quand les choses se font, il n’y a plus de problèmes. »

la rédaction