RMC Sport

750 000 dollars : La somme mirobolante demandée par les assureurs de Batum avant le TQO

Nicolas Batum

Nicolas Batum - AFP

Pour se qualifier pour les Jeux Olympiques de Rio, l'équipe de France de basket a du s'imposer lors du tournoi de qualification olympique (TQO). Une compétition à laquelle Nicolas Batum n'a pu participer qu'à partir des demi-finales, car non-assuré jusque-là. En cause, une prime exorbitante (750 000 dollars) demandée par ses assureurs pour le laisser jouer.

On parle souvent de la folie financière du football, moins de celle du basket, en particulier aux Etats-Unis. Pourtant, le 7 juillet dernier, en plein tournoi de qualification olympique (TQO, du 4 au 10 juillet), Nicolas Batum a par exemple signé un contrat de 120 millions de dollars sur cinq ans avec son club des Charlotte Hornets. Pourquoi tous les détails n'ont-ils pas été réglés avant le TQO? Tout simplement car les assureurs du joueurs demandaient 750 000 dollars de prime d'assurance (à la charge de la Fédération française de basket) pour que Batum puisse participer à la semaine de compétition.

A lire aussi >> NBA, Nicolas Batum et son contrat à 120 M$ : "Je n’arrive pas à comprendre le chiffre"

Loiseau : "Il n’avait le droit qu’aux entraînements individuels"

Invité du Vestiaire sur SFR Sport, le PDG de Henner Sports Didier Loiseau (spécialiste de la couverture des sportifs de haut-niveau) relate que la Fédération a refusé cette demande : "Ils ont négocié que ce joueur vienne faire la préparation et son club a envoyé un émissaire, il n’avait pas le droit de faire les oppositions, les matchs amicaux, il n’avait le droit qu’aux entraînements individuels". In fine, Batum n'a pas participé au TQO qu'à partir des demi-finales, une fois le contrat signé. L'équipe de France s'est imposée et à donc pu participer aux Jeux olympiques de Rio, où elle s'est inclinée en quart de finale face à l'Espagne (67-92).

A lire aussi >> En vidéo - Basket : le Real Madrid se paie le Thunder

Les explications de Didier Loiseau dans Le Vestiaire ci-dessous.