RMC Sport

Monclar: "Dépasser Jordan, c’est particulièrement symbolique pour Bryant"

Kobe Bryant et Michael Jordan

Kobe Bryant et Michael Jordan - AFP

En inscrivant 26 points cette nuit face à Minnesota, Kobe Bryant a doublé son modèle Michael Jordan sur le podium des meilleurs marqueurs de l’histoire de la NBA (32 310 points). Membre de la Dream Team RMC Sport, Jacques Monclar salue l’exploit, même si selon lui, « KB » ne dépassera pas « His Airness » dans l’histoire du jeu.

Jacques Monclar, à quelle place peut-on situer une telle performance de Kobe Bryant sur la durée de sa carrière et dans l’histoire de la NBA ?
Dans l’histoire de la NBA, le plus important, c’est de se retrouver sur le podium des meilleurs scoreurs de tous les temps. Après, dépasser Michael Jordan, c’est symbolique dans l’absolu. C’est particulièrement symbolique pour Kobe Bryant.

Pourquoi est-ce particulièrement symbolique pour lui ?
Kobe l’assume et l’a déclaré. Il s’est imbibé des vidéos de Michael Jordan. Il a pris beaucoup de mouvements. Il a à peu près le même gabarit, même s’il est un peu plus longiligne que Jordan. Il est plus tonique et moins élégant dans le end-time. Mais au niveau du shoot, des mouvements, de la tenue de balle, des pénétrations, de la capacité à être un attaquant extraordinaire mais aussi un défenseur hors-pair, au niveau de la qualité dans les fins de matchs, du leadership, c’est le clone de « His Airness », celui qui s’en rapproche. C’est pour ça que cette quête du classement des scoreurs, c’est drôle. Il y aussi le fait que Jordan ait six bagues de champion, Kobe cinq et qu’il chasse désespérément la sixième.

On a cependant l’impression que même s’il dépasse Jordan au nombre de points, Kobe Bryant n’atteindra jamais la majesté de Jordan dans l’imaginaire populaire…
Jordan a été le premier. Il a révolutionné le basket dans les années 90, après l’époque Larry Bird-Magic Johnson. Il a été celui qui a réussi à faire gagner une équipe sans être un pivot de grande taille. Il a changé beaucoup de choses, comme Pelé a changé beaucoup de choses. Un gars comme Maradona n’a jamais eu l’aura d’un Pelé parce que Pelé a été le premier et restera à jamais le premier, comme Jordan. Jordan restera le premier et l’unique.

Que pensez-vous de la difficile fin de carrière de Kobe Bryant avec des Lakers, en raison notamment de ses problèmes physiques ?
Elle est un peu désordonnée, mais ça vient de lui aussi. Il a voulu prendre 48 millions de dollars sur deux ans. C’est autant d’argent qu’on ne peut pas donner à ses coéquipiers. La démarche de Dirk Nowitzki, qui est de baisser son salaire pour avoir une équipe autour de lui, est totalement inverse avec Dallas. Kobe a privilégié ça. Il y a eu beaucoup d’erreurs de management chez les Lakers avec Steve Nash, le départ de Pau Gasol… Alors oui, il ne sera pas champion cette année. Ils ne joueront sans doute pas les play-offs non plus. C’est dommage de voir Kobe jouer dans une équipe qui bataillera entre la 9ème et la 15ème place de sa conférence. Mais on est content, au bout d’un an et demi, de le revoir à son meilleur niveau, de retrouver ses mômes, de voir qu’il a retrouvé toute sa grinta, son côté chien galeux sur le terrain. Après, il n’y a qu’un champion chaque année. Ce que beaucoup de gens oublient, c’est qu’un Jordan a fini en travers avec les Washington Wizards. Je suis désolé de le rappeler mais Kobe fait mieux avec les Lakers cette année.

Est-il envisageable de voir Kobe Bryant battre le record mythique de Kareem Abdul-Jabbar (38 387 points) ?
Ça me paraît compliqué, mais bon c’est Kobe... Mais ça me paraît compliqué d’abord parce qu’Abdul-Jabbar a joué très, très longtemps (20 saisons en NBA, ndlr). Ensuite, c’était un pivot dans une équipe dominante, donc on verra.

Propos recueillis par Rodolphe Massé