RMC Sport

Mort de Kobe Bryant: les superbes souvenirs de son passage à Mulhouse, à 13 ans

Kobe Bryant, légende du basket, est mort dans le crash d’un hélicoptère dimanche, en Californie. L’ancien joueur des Lakers a vécu quelques mois à Mulhouse, en Alsace, quand il avait 13 ans. RMC Sport est allé sur ses traces.

Avant de devenir le héros d’une ville, Los Angeles, et de s’y établir à tout jamais, Kobe Bryant a longtemps voyagé plus jeune avec sa famille. Le petit Kobe a suivi son père Joseph, basketteur pro, dans ses pérégrinations à travers l’Europe et a atterri un beau jour à Mulhouse, en Alsace, à l'âge de 13 ans. L’histoire est bien connue dans la région.

Après sept ans passés en Italie, Kobe Bryant a rejoint la France avec sa mère et ses deux soeurs, Shaya et Sharia. Rencontré ce lundi sur le parking de l’espace Squash 3000 qui abrite l'hôtel dans lequel résidait la famille Bryant, Thierry Jung se souvient, cheveux au vent, de leur arrivée. Les déménageurs italiens pressés de déposer le mobilier imposant chargé dans le camion, il en conserve un souvenir intact.

-
- © -

"J’ai joué avec Kobe Bryant, j’ai eu cette chance"

"J’étais un passionné de basket. Au départ, je jouais au basket, naturellement à un niveau régional. Comme j’évoluais ici, je me suis dit 'tiens je vais monter ce panneau de basket, il y aura peut-être des passionnés avec lesquels je pourrais jouer'", décrit-il en présentant un panneau dépourvu d’arceau, sur lequel Bryant s’exerçait, le plus souvent en sa compagnie, quand il ne se baladait pas dans les allées du club ou au café.

"Une ou deux fois par semaine, j’allais faire des shoots, reprend Jung. D’autres passionnés se joignaient à moi, et c’est donc dans ce cadre-là que Kobe, hébergé ici avec ses parents, est venu me demander s’il pouvait jouer avec moi. J’ai joué avec Kobe Bryant, j’ai eu cette chance." Si rien ne laissait présager à l’époque que l’adolescent allait devenir une star planétaire et l’un des meilleurs joueurs de l’histoire du basket, Thierry Jung décelait déjà chez lui un talent certain.

-
- © -

La boîte à souvenirs

"On a fait des séances de shoot, du un-contre-un, c’était déjà un jeune talentueux. Je vais être honnête avec vous, je ne l’ai jamais battu, sourit Thierry Jung. Il avait une maîtrise technique qui était très forte, surtout dans le dribble et la tenue de balle. Je l’ai côtoyé. Il avait toujours la balle à la main, c’est le souvenir que j’en ai, très talentueux." Le jeune Kobe Bryant apprend dans les salles de basket où son père se produit. Il n’a alors pas de club derrière lui, ne suit pas de formation.

C'est donc dans une salle obscure que celui qui s'attribuera le surnom "Black Mamba" commence à forger sa légende. En France, à Mulhouse, il répète ses gammes, infatigable. "Sur ce panier, il jouait déjà pratiquement tous les jours voire deux fois par jour. Dès qu’il avait un temps libre, il était là, en train de faire des shoots." Très fier d’avoir pu être la première personne à l’accueillir en France, Thierry Jung est soudainement envahi par l’émotion. "Avec son décès, il y a beaucoup de souvenirs qui remontent, beaucoup de tristesse et d’amertume."

La famille Bryant au complet
La famille Bryant au complet © -

"Sa disparition, je n'arrive pas à y croire"

Thierry Jung exhibe alors ce qu'il conserve précieusement, telle une relique: un album souvenir de ses rencontres avec les personnalités qui sont passées dans la région. Une photo de la famille Bryant figure en bonne place dans ce livre d’or, avec la signature de Kobe, tout sourire au centre, entouré de ses deux soeurs, de sa maman et de son père, Joseph, "un joueur extrêmement talentueux, lui aussi". "C’est inoubliable. Sa disparition, je n’arrive pas toujours à y croire", lâche-t-il avec de l’émotion dans la voix. Et il n'est pas le seul. "Nos coeurs d’Alsaciens saignent également", a réagi Jean Rottner, l’ancien maire de Mulhouse, aujourd’hui président de la région Grand Est.

"Quand on était à Mulhouse, moi et mes soeurs étions déçus parce qu’on voulait aller dans une école française. On aurait voulu baigner dans la culture française", regrettait Kobe Bryant au micro de France Info, lors d’une visite en France en 2017. Le jeune Kobe a voulu apprendre le Français mais il n’est pas resté assez longtemps. Suffisamment pourtant pour laisser le souvenir d’un "gamin charmant" devenu un géant parmi les géants.

QM avec Maureen Lehoux