RMC Sport

"On revit à chaque fois les mêmes finales": la malédiction continue pour les Bleues à l'Euro

L'équipe de France s'est inclinée contre la Serbie dimanche soir en finale de l'Euro (63-54). Les Bleues s'inclinent pour la cinquième fois consécutive en finale européenne. Grosse désillusion à un mois des Jeux olympiques de Tokyo.

Les basketteuses françaises sont-elles maudites en finale de l’Euro? Dimanche soir, elles ont été battues pour la cinquième fois consécutive. Cette fois, ce sont les Serbes qui leur ont fait mal en s’imposant 63-54. Encore raté. Les Bleues doivent se contenter de la médaille d’argent, dont elles ont déjà les exemplaires de 2013, 2015, 2017 et 2019. Le dernier titre tricolore remonte à 2009 et commence à se faire vieux. Seules rescapées de cette époque: Sandrine Gruda et la capitaine Endy Miyem.

"Elles arrivent à nous enfoncer mentalement"

Les Françaises n’ont pas maitrisé grand-chose dans cette finale. La stratégie portée par Marina Maljković a fonctionné à merveille. Parfaitement en place, la défense serbe a poussé les Françaises à tenter les tirs de loin, sans grande réussite. Même si Valérie Garnier n’a cessé de répéter à ses joueuses à chaque temps mort que la solution se trouvait dans la raquette, Sandrine Gruda et Helena Ciak ne sont pas parvenues à exister. "Elles ont été agressives, elles nous sont rentrées dedans dès le début", reconnaissait la joueuse de l'ASVEL après la rencontre. "Les Serbes arrivent à nous enfoncer mentalement", a-t-elle poursuivi.

Peu embêtées par la Biélorussie samedi soir (73-61), les Bleues paient aussi le manque d’adversité rencontré durant la compétition. Alors que les Bleues se sont souvent promenées, les Serbes ont, elles, tremblé en quarts de finale contre l’Espagne (victoire après prolongations), puis contre la Belgique (74-73). De quoi arriver fin prêtes pour la finale. "Le non-match qu’on a fait veille (contre les Biélorusses) était déjà une alarme", avoue également Helena Ciak. Et face aux Bleues, Sonja Vasic, bien épaulée par Yvonne Anderson et Ana Dabovic, a fait des ravages.

Bien bloquées par la défense adverse et en manque d’adresse, les Françaises ont aussi multiplié les pertes de balles et les mauvais choix. Valériane Vukosavljevic est l’une des rares tricolores à tirer son épingle du jeu. Elle termine meilleure marqueuse du camp français (15 points, 50% au tir, 3/4 à trois points). Marine Johannès a elle inscrit 13 points, mais elle a eu beaucoup de déchets (5/14 au tir).

"Une histoire qui se répète et c’est ce qui est le plus décevant"

Pour les Françaises, la déception est immense. "Je suis très déçue parce qu’on a une des meilleures équipes de France depuis des années. [...] C’est une histoire qui se répète et c’est ce qui est le plus décevant. On revit à chaque fois les mêmes finales", a confié Helena Ciak, dépitée. Inquiétant à un mois des Jeux olympiques de Tokyo? "On a besoin de souffler parce que, mentalement, avec cette histoire de bulle sanitaire, c’est compliqué", plaide néanmoins la pivot des Bleues. Il va pourtant falloir digérer rapidement, car aux JO, elles seront attendues. Avec du lourd dès le début de la compétition puisqu’elles retrouveront, dans leur poule, les Américaines.

LL avec AV