RMC Sport

Tony Parker : "Je vais revenir plus fort"

Tony Parker

Tony Parker - AFP

ENTRETIEN RMC SPORT - De passage en France deux semaines après l’élimination des Spurs au premier tour des playoffs NBA, Tony Parker tire un bilan contrasté de sa saison. Mais le meneur français, après quelques vacances, compte bien repartir de plus belle pour aller décrocher un deuxième titre européen consécutif avec les Bleus en septembre prochain.

Tony Parker, on imagine que la saison NBA s’est terminée trop tôt à votre goût…

Bien sûr, beaucoup trop tôt même, mais il faut relativiser. On a beaucoup joué ces dernières années. Je pense qu’on était un peu fatigués et les blessures nous ont empêchés d’être à notre meilleur niveau. On a fait un premier tour de malade, qu’on perd en sept matches dans les dernières secondes (contre les Clippers de Los Angeles au premier tour des playoffs, ndlr). Ça n’a malheureusement pas tourné en notre faveur. Maintenant, il faut se reposer et revenir plus forts l’année prochaine.

Comment avez-vous vécu cette année marquée par plusieurs blessures ?

C’était quelque chose de nouveau pour moi et ça n’a pas été facile à gérer. C’est à moi d’apprendre en vue de la saison prochaine. Je vais faire une grosse préparation cet été pour que ça ne se reproduise pas. Je veux arriver à 100% avec l’équipe de France et enchaîner ensuite avec les Spurs.

« Pour Ginobili et Duncan, c’est du 50-50 »

Comment envisagez-vous la suite à San Antonio avec les possibles retraites de Manu Ginobili et Tim Duncan, et la montée en puissance de Kawhi Leonard ?

Pour Manu et Tim, c’est du 50-50. On verra le 1er juillet, quand le marché des transferts s’ouvrira. Quant à Kawhi, je pense qu’on va le resigner. C’est l’avenir de l’équipe. Il va falloir lui donner plus de responsabilités et se reposer sur lui. Il est prêt à relever ce challenge.

Vous allez disputer l’Euro à domicile dans quatre mois. Qu’est-ce que cela représente pour vous ?

On ne me parle que de ça depuis que je suis en France. Ça va être incroyable. On n’a pas souvent l’opportunité, dans une carrière, de jouer une compétition internationale à domicile. C’est à nous de profiter de cette chance et de rendre cette compétition inoubliable avec une grosse victoire à la fin. On a une des meilleures équipes de l’histoire du basket français. Il faut désormais le prouver sur le terrain. Je serai là dès le début de la préparation parce que c’est mon dernier Euro et j’ai envie d’être prêt. Il y a beaucoup d’enjeu avec la qualification pour les JO au bout et donc beaucoup de pression. Ça va être génial.

Qu’avez-vous pensé du forfait de Joakim Noah ?

C’est dommage mais il faut faire avec. On est quand même costauds à l’intérieur avec Rudy Gobert qui a fait une grosse saison en NBA. Alexis Ajinça était notre pivot titulaire quand on a été champions d’Europe en 2013. Il y a Bobo (Boris Diaw), Florian Piétrus, Joffrey Lauvergne, Kevin Séraphin…

Etes-vous satisfait de votre première année en tant que président de l’ASVEL ?

Je n’avais pas vraiment d’attentes. On avait des objectifs élevés mais je ne pensais pas que ça se passerait comme ça. On a connu des hauts et des bas. Il y a eu un changement de coach (JD Jackson a pris la succession de Pierre Vincent en décembre dernier, ndlr). On perd Edwin Jackson qui est parti au Barça. Maintenant, on veut essayer de trouver de la stabilité. C’est pour cela qu’on a décidé de prolonger le coach (pour deux saisons). On est très contents de lui, il est super impliqué dans le club. Les joueurs l’adorent et on avait envie de continuer l’aventure.

Julien Teiller