RMC Sport

Cancellara renonce aux Mondiaux

Fabian Cancellara

Fabian Cancellara - AFP

En raison du virus qui l’a déjà contraint à abandonner sur la Vuelta, Fabian Cancellara a déclaré forfait ce jeudi pour les championnats du monde sur route, fin septembre à Richmond (Etats-Unis). Le Suisse de 34 ans met un terme à une saison noire.

Sacré quatre fois champion du monde du contre-la-montre, ce n’est pas encore cette année que Fabian Cancellara décrochera le maillot arc-en-ciel sur la course en ligne. Le parcours « flandrien » de Richmond (Etats-Unis), où la course est programmée le 27 septembre prochain, semblait pourtant convenir à merveille à « Spartacus ». Mais le virus qui l’a contraint à quitter la Vuelta dès la 3e étape, il y a dix jours, l’oblige également à renoncer à l’épreuve.

Le Suisse de 34 ans met par la même occasion un terme à une saison cauchemardesque, marquée par sa double fracture des vertèbres sur le GP E3 Harelbeke en début de saison. Forfait pour le Tour des Flandres et Paris-Roubaix dans la foulée, il avait connu une petite éclaircie en s’emparant du maillot jaune du Tour de France à l’issue de la deuxième étape. Mais il avait abandonné dès le lendemain après avoir été pris dans une chute collective.

« Je n’ai plus l’énergie pour un troisième comeback »

« Physiquement, je pourrais probablement continuer et courir les championnats du monde, a expliqué Cancellara dans un communiqué de son équipe Trek. Mais c’est l'esprit qui contrôle le corps et je n’ai plus la volonté après les montagnes russes que cette saison a été. Faire face à une blessure grave au cours d'une saison n’est pas facile, et j’ai eu à le faire deux fois déjà cette année. C’est mentalement très difficile. Je n’ai plus l’énergie pour un troisième come-back dans une saison. (…) Les Mondiaux de l’année prochaine (à Doha au Qatar, ndlr) ne me conviennent pas très bien car je ne suis pas un sprinter. Cela aurait pu être ma dernière chance cette année mais, encore une fois, étant donné la façon dont cette saison s’est passée pour moi, pas vraiment. »