RMC Sport

Contador détaille ses relations tendues avec Armstrong sur le Tour de France

Armstrong et Contador

Armstrong et Contador - AFP

En 2009, le Tour de France avait été marqué par la rivalité au sein de la formation Astana entre Alberto Contador et Lance Armstrong. L'Espagnol est revenu sur ses relations plus que tendues avec son aîné américain.

Une rivalité minée par des coups bas. Lors d'un entretien avec le Youtubeur espagnol Valenti Sanjuan, Alberto Contador est revenu sur le duel qui l'a opposé à Lance Armstrong lors du Tour de France 2009. De retour dans le peloton après trois ans d'absence, à 38 ans, l'Américain est alors bien décidé à contrarier les plans du Madrilène et à contester son leadership au sein de la formation kazakhe Astana. 

"Le Tour a commencé par une controverse pour savoir qui de moi ou Armstrong allait être leader. J'étais de retour sur le Tour après l'avoir gagné en 2007. J'avais remporté le Giro et la Vuelta en 2008 parce qu'on n'avait pas laissé notre équipe faire le Tour. Je me disais que j'allais gagner quoi qu'il arrive. Lance était de retour, dans mon équipe, et il était évident qu'il voulait lui aussi remporter le Tour. Mais un seul pouvait gagner et la tension était énorme", s'est souvenu Contador, qui est alors âgé de 26 ans.

Une ambiance délétère

Cette tension monte encore d'un cran à la veille de la première étape, un contre-la-montre tracé autour de Monaco. "Je suis allé parler avec Lance directement dans sa chambre. Il m'a dit : "C'est mieux pour moi si tu gagnes le Tour." Mais plus tard, j'ai vu qu'il avait posté ça sur Twitter: 'On verra avec le chrono qui sera le leader'. J'avais perdu mon temps", s'est rappelé Contador, qui termine deuxième de ce chrono derrière Fabian Cancellara. Pas de quoi empêcher Armstrong de suivre sa propre stratégie, comme lors de la cinquième étape. Le septuple vainqueur du Tour profite d’une bordure pour mettre Contador sous pression.

"Quand j'ai franchi la ligne d'arrivée, mon attaché de presse et mon frère m'ont dit de me calmer, de monter dans le bus, de me détendre. Armstrong avait repris 40 secondes sur moi et il était devant moi au classement général", a raconté le natif de Madrid. Même ambiance délétère par la suite, comme quand Armstrong le prend à part dans le bus d'Astana : "Il m'emmène à l'arrière et me dit : "Ne me bai** pas." La tension était à son maximum." C'est finalement dans la montagne et notamment lors de la 15e étape avec une ascension folle vers la station suisse de Verbier que Contador domine tous ses rivaux et construit sa victoire finale.

A ses côtés sur le podium des Champs-Elysées? Andy Schleck, deuxième, et Armstrong, troisième mais déclassé en 2012 pour dopage.

RR