RMC Sport

Cyclisme: champions et anonymes aux obsèques de Raymond Poulidor

Plusieurs centaines d'anonymes, mais aussi d'anciennes gloires du cyclisme comme Bernard Hinault ou Bernard Thévenet, assistaient mardi dans le village limousin de Saint-Léonard de Noblat aux obsèques de Raymond Poulidor, mort mercredi à l'âge de 83 ans.

De Bernard Thévenet jusqu’à la ministre des Sports Roxana Maracineanu, ils étaient nombreux à avoir fait le déplacement dans le Limousin pour rendre un dernier hommage à Raymond Poulidor, décédé mercredi dernier à l'âge de 83 ans. Sous un froid vif et un léger brouillard, les plus fidèles s'étaient massés dès l'aube derrière les barrières barrant l'accès de la collégiale de Saint-Léonard de Noblat, où 500 personnes ont pris place pour une cérémonie religieuse mêlant accordéon, évangiles et hommage du directeur du tour de France, Christian Prudhomme.

Le directeur du Tour de France était accompagné en ce jour par des coureurs qui ont fait la légende de la Grande Boucle, comme Bernard Thévenet et Bernard Hinault. Mais aussi Luc Leblanc et Lucien Aimar. Et d’autres qui ne manqueront pas de briller sur l’épreuve dans les années à venir. On pense forcément au petit-fils de "Poupou", Matthieu Van der Poel.

"Le village de Poulidor"

Les habitants de Saint-Léonard, ce bourg de Haute-Vienne où Raymond Poulidor résidait, étaient aussi présents comme Jeanine, "très triste. Il a tant fait pour la notoriété de Saint-Léonard. Lorsqu'en vacances nous parlions de notre village les gens nous répondaient ‘le village de Poulidor’", dit-elle des sanglots dans la voix.

A l'intérieur de la Collégiale, Claude Mazeaud, 82 ans, est venu de Lalinde en Dordogne, à 2h30 de route. "J'étais coéquipier avec lui en 62 et 63. C'est très dur pour moi. C'est une image du cyclisme qui disparaît, notre génération. On était vraiment copains", raconte-t-il. "Je suis allé le voir à l'hôpital quand il était malade, il souffrait".

"Il va nous manquer!"

A l'entrée de Saint-Léonard, une grande banderole au-dessus de la route "Merci Poupou" avec photo de Raymond, saluait les visiteurs. Au-dessus du porche de la Collégiale, un grand portrait de "Poupou" dans ses vieux jours, mais toujours sur sa bicyclette, faisait un grand geste d'adieu souriant.

"Il va nous manquer. C'est sûr, ça fait un grand vide", soupirait Bernard Thévenet, vainqueur de deux Tours de France, saluant un champion "connu de façon intergénérationelle. Connu par des gens qui ne l'ont pas vu sur un vélo ! Ce qu'on peut regretter, c'est qu'il ne verra pas tous les succès de son petit-fils Mathieu van der Poel" (ndlr, double champion du monde de cyclo-cross).

Vive émotion dans l'église

Trés ému, Bernard Hinault n'a pour sa part pas souhaité s'exprimer tôt mardi. Peu après l'arrivée de la ministre des Sports Roxana Maracineanu, le cercueil de Poulidor, salué par les applaudissements de la foule, est entré dans l'église, porté notamment par Thévénet et Hinault, au son d'un air d'accordéon qu'il aimait, "Bruyères corréziennes".

A l'intérieur de la Collégiale romane, dans le choeur, trônaient deux grandes images -une photo et un tableau- du champion aux prises avec ses deux rivaux historiques, Jacques Anquetil lors d'un duel mythique des deux hommes au sommet du Puy-de-Dôme, et Eddy Merckx. La cérémonie devait durer toute la matinée, avant que le champion soit incinéré dans l'intimité l'après-midi.

La rédaction avec AFP