RMC Sport

Cyclisme: le programme des JO de Tokyo fait grincer des dents (notamment les critériums)

Le programme des JO de Tokyo a été dévoilé mardi. Et surprise dans le monde du vélo, alors que le Tour de France 2020 doit se dérouler du 27 juin au 19 juillet, on apprend que l’épreuve en ligne masculine des Jeux olympiques aura lieu le 25 juillet, soit six jours après l’arrivée du Tour.

Cela pose des problèmes logistiques assez sérieux pour ceux qui voudront y prendre part. L’épreuve en ligne de cyclisme masculin des JO de 2020 à Tokyo, dont l'agenda complet a été dévoilé, aura lieu six petits jours après la fin du Tour de France. Les coureurs sortiront de 3 semaines à très haute intensité sur le Tour, devront ensuite encaisser 12h de vol jusqu’à Tokyo avec au passage 7h de décalage horaire.

"Là ça va gêner l’ensemble des critériums"

En attendant la réaction du sélectionneur français Cyrille Guimard, ce sont les traditionnels critériums d’après Tour qui font la grimace mardi. "Ça ne va pas nous faciliter la vie pour composer les plateaux de nos 12 critériums", regrette déjà Francis Cantournet, président de l’association des critériums professionnels français et organisateur du critérium de Marcoles dans le Cantal.

Car ce planning n’a rien de commun. "D’habitude, l’épreuve des JO avait lieu 15 jours après la fin du Tour, et seule la moitié des critériums étaient impactés, précise Cantournet. Là ça va gêner l’ensemble des critériums. On craint forcément pour la santé (déjà vacillante) de nos événements. Si on n’a pas de têtes d’affiches, il y a moins de monde au bord de la route. Il faut des coureurs qui brillent sur le Tour, et des grimpeurs en particulier, qui ont gagné des étapes de montagne."

>> Toutes les informations sur le cyclisme

Quelques-uns pourraient s’en contenter

"Ce qui peut nous sauver c’est si des coureurs refusent d’aller aux JO, espère le président. Mais bon s’ils trouvent une excuse pour refuser la sélection en équipe de France, ce sera dur pour eux de justifier à ce moment-là d’aller sur un critérium."

Parmi les critériums traditionnellement organisés à la fin du mois d’août, le Guidon d’Or Hellemmois qui se tient tout près de Lille et de Roubaix. "En 2016, vu qu’il y avait eu les JO de Rio, ça nous avait permis de faire venir Julian Alaphilippe après coup, explique ainsi Fred Van Den Boogaerde, l’organisateur de ce critérium. Pareil pour Vuillermoz l’année d’avant qui avait fait l’épreuve de reconnaissance des JO." Mais rares sont ceux qui se satisferont de ce calendrier.

Arnaud Souque