RMC Sport

Paris-Nice: Bouhanni déclassé, Matthews dans la confusion

Alors qu’il a franchi la ligne de la 2e étape de Paris-Nice en première position, Nacer Bouhanni a été déclassé par la suite, pour laisser le succès à Michael Matthews, déjà porteur du maillot jaune. Dans la confusion, coupable d’avoir tassé grossièrement l’Australien dans le final.Votre chapo ici

Dans un sprint houleux disputé à l'arrivée de la deuxième étape de Paris-Nice entre Contres et Commentry, Nacer Bouhanni (Cofidis) pensait tenir son succès, au lendemain de celui de son compatriote Arnaud Démare. Mais le sprinteur de 25 ans a été déclassé, après avoir fermé la porte grossièrement à Michael Matthews (ORICA-GreenEDGE), l'actuel maillot jaune, dans la dernière ligne droite.

La victoire du sprinteur français a donc été annulée par le jury des commissaires. Il a été reclassé en troisième position, derrière l’Italien Niccolo Bonifazio (Trek-Segafredo), à la dernière place du groupe qui s’était détaché pour disputer le sprint.

Bouhanni : "C’est n’importe quoi !"

Une grosse déception pour le Français, qui ne digère pas son déclassement: « C’est lui qui vient en premier au contact, peste le Vosgien. Il vient se mettre entre les barrières et moi, à 20 mètres de la ligne. C’est le premier qui entre en contact, donc forcément, quand il me touche, il y a eu un contact à 20 mètres de ligne. C’est n’importe quoi, c’est tout ! »

Sanquer : "Une décision très sévère"

« C’est une grosse déception, poursuit Yvon Sanquer, manager de Cofidis. L’équipe avait bien travaillé autour de Nacer et Nacer marche bien. En visionnant les images, je trouve que la décision est difficile et très sévère. La dernière partie où il y a le mouvement le plus spectaculaire, il n’est pas dû à Nacer. Matthews s’engage, son épaule passe sous celle de Nacer. Nacer a été déstabilisé et ce n’est pas lui qui fait la démarche. Si on doit déclasser des coureurs pour ce type de choses, je suis surpris. Mais je respecte la décision du jury des commissaires. Ce sont les arbitres et c’est la règle du jeu. Je trouve juste qu’elle est vraiment sévère. Je pense que le mouvement qui influence le jury, c’est le moment où Nacer sort de la selle de son vélo. Mais ce mouvement n’est pas volontaire. »

Au lendemain de sa victoire, Arnaud Démare a terminé 5e, au terme d’une étape marquée par une grosse chute à proximité de l’arrivée. Le peloton avait repris les deux derniers échappées du jour, Siskevicius et Brandle, à 11 kilomètres de l'arrivée.

la rédaction avec P.Taisne