RMC Sport

Guimard : « Pinot a changé de statut »

-

- - -

Membre de la Dream Team de RMC Sport, Cyrille Guimard a apprécié le joli numéro de Thibaut Pinot ce mardi lors de la 16e étape du Tour de France. Il estime que le coureur FDJ ne peut désormais plus craindre Romain Bardet et Tejay van Garderen.

Le numéro de Pinot

« Ce n’est pas parce que Pinot se retrouve dans une position favorable aujourd’hui qu’il faut tout oublier. Une chose est certaine, c’est que depuis qu’on est rentré dans la montagne, il a été à son niveau. Il a véritablement changé de statut. Et pas seulement lui, l’ensemble du cyclisme français. Aujourd’hui, Pinot a été très entreprenant, il a été balaise et, surtout, il a confirmé qu’il fallait prendre des risques dans les descentes pour le lâcher. Il a changé de statut à la Planche des Belles Filles. Son étape d’aujourd’hui est extraordinaire car il a fait craquer Bardet et van Garderen. Maintenant, il devient dangereux pour le classement général. Pas pour cette année, mais pour les années prochaines, où on risque de récupérer Contador, Froome et Quintana.

Pour cette année, tout est encore possible, mais il faut absolument que Pinot reprenne du temps à Jean-Christophe Péraud (spécialiste du contre-la-montre, ndlr). On connait les règles du jeu. Maintenant, il faudra essayer de les modifier et ça sera évidemment la mission de Thibaut. S’il garde la même efficacité qu’aujourd’hui et que Péraud et Valverde restent au même niveau, Thibaut Pinot devrait faire évoluer son classement général et peut-être prendre la deuxième place. Il peut reprendre rapidement les 29 secondes d’écart avec Valverde. Sur une étape de quatre heures, qu’est-ce que ça représente ? Surtout que le programme des deux prochains jours est corsé. Aujourd’hui, c’était le hors d’œuvre, mais il était superbe. Si le plat est pareil mercredi, je ne vous demande pas comment sera le dessert (rires). »

La belle étape de la FDJ

« Il y a eu deux courses aujourd’hui : celle des 21 échappés pour la victoire d’étape et celle du classement général. La première était magnifique, mais n’a pas souri aux Français (l’Australien Michael Rogers s’est imposé à Bagnères-de-Luchon). Et l’autre a été beaucoup plus décisive qu’on l’imaginait. C’était parfait pour la FDJ. Jérémy Roy qui se retrouve à l’avant avec suffisamment d’avance pour faire en dedans cette dernière ascension sur le Port de Balès et ainsi récupérer des efforts qu’il a produit dans l’ensemble de l’échappée. Il a ensuite pu servir de relais pour son leader. C’est ce qu’a fait au même niveau Samuel Dumoulin, qui a attendu Bardet. Le problème, c’est qu’il était déjà lâché et il ne pouvait pas servir à grand-chose dans l’ascension. Mais il a quand même permis à Bardet de limiter la casse dans la descente. »

Bardet et Van Garderen lâchés

« C’est la loi de la course. On n’est pas dans les règlements de compte. Il faut quand même dire qu’avant que Thibaut Pinot attaque, Romain Bardet était déjà à la rupture sous la pression des coureurs Movistar. Il était véritablement sur le point de se faire décrocher. A ce moment-là, Pinot est passé à l’offensive. Dans l’équipe AG2R, il y avait une fenêtre ouverte et c’est malheureusement Bardet qui l’a prise. Chez BMC, il y avait aussi une fenêtre d’ouverte et c’est Tejay van Garderen qui l’a prise. Il faudra fermer les fenêtres et les volets désormais car ça peut continuer.

On peut mettre une croix sur Van Garderen, qui a perdu 3’36 sur les meilleurs. Il se trouve désormais beaucoup trop loin pour revenir sur le podium. Bardet est quasiment condamné à ne plus pouvoir rêver du podium et va donc se transformer en équipier de luxe pour Jean-Christophe Péraud, qui peut lui croire au podium. Mais chaque jour nous amène son lot de surprises. Nibali, lui, n’est qu’une anecdote et se promène sur ce Tour de France. »

La rédaction