RMC Sport

Pinot : « Les réseaux sociaux m’ont plombé »

Thibaut Pinot

Thibaut Pinot - -

Peu disert depuis sa défaillance dans les Pyrénées, Thibaut Pinot a pris le temps de répondre à la presse à l’issue de son contre-la-montre individuel. Le grimpeur de la FDJ.fr est revenu sur son week-end pourri, mais aussi sur les ambitions qu’il nourrit lors des étapes alpestres.

Thibaut, ça va mieux dans la tête après ce week-end ?

Dans la tête, ça va beaucoup mieux. La journée de repos a fait beaucoup de bien, je me suis remis en question. L’équipe m’a beaucoup aidé à surmonter la déception. Les copains m’ont motivé, m’ont dit qu’ils n’étaient pas déçus de moi. Ca faisait six mois que je préparais le Tour, j’étais prêt. Echouer comme ça, c’est dur, mais j’ai réussi à relativiser. Il y a quand même une belle troisième semaine qui m’attend.

Avez-vous déjà les Alpes en tête ?

J’y pense, même si ça va être long jusqu’à samedi. Je dois faire un maximum de jus pour être à fond dans les Alpes. L’objectif de la troisième semaine est de gagner une étape. Tous les jours, ce sera dur. Mais il y a moyen de faire quelque chose.

Celle du 14 juillet entre Givors et le mont Ventoux est-elle dans un coin de votre tête ?

Quand on est grimpeur, le 14 juillet, forcément on y pense. Après, je ne sais pas encore la tactique que l’équipe va adopter. Soit être dans l’échappée pour prendre du temps au pied du Ventoux, soit rester avec les meilleurs. On va réfléchir à tout ça.

Après ce week-end très décevant, c’était nécessaire de vous poser et de réfléchir ?...

Oui, il faut que je fasse le vide toute cette semaine. Je ne veux pas me prendre la tête avec le classement. Je veux vraiment me vider la tête le mieux possible. A partir de samedi, je veux vraiment être dans la course.

Ce raté vous rendra-t-il plus fort ?

Oui, c’est sûr. J’ai 23 ans, je vais apprendre. Depuis quatre ans que je suis pro, je n’ai jamais eu de déception comme celle-là. J’ai toujours réussi à atteindre mes objectifs. Dans la tête, c’était dur, mais j’ai été bien soutenu par mes coéquipiers, mes proches, mes copains.

Quels enseignements tirez-vous de cette contre-performance ?

Comme je suis jeune, je lis beaucoup ce qui circule sur les réseaux sociaux. Et ça, ça m’a un peu détruit. On place beaucoup d’espoirs sur moi et derrière, les gens m’ont beaucoup critiqué. C’est comme, c’est de ma faute aussi. Marc (Madiot, ndlr) m’avait prévenu de ne pas regarder les réseaux sociaux. Je ne l’ai pas écouté et au final, ça m’a plombé. Je sais maintenant ce qui m’attend. J’ai appris de ça et c’est à moi désormais de faire la part des choses.