RMC Sport

Tour de France : Froome intouchable, Dumoulin encore lui… ce qu’il faut retenir de la 18e étape

-

- - AFP

Déjà plié avant ce deuxième contre-la-montre individuel en une semaine, le Tour de France a été assommé par Christopher Froome à Megève, qui a réalisé le meilleur chrono devant le vainqueur de samedi dernier, Tom Dumoulin (Giant Alpecin) et l’Italien Fabio Aru (Astana), remportant sa deuxième étape sur cette édition.

Un CLM de costaud

Il ne fallait pas avoir les jambes coupées, au lendemain de l’ascension vers Finhaut-Emosson, répertoriée en hors catégorie. Car même si le deuxième contre-la-montre de ce Tour de France 2016 était court (17 km) entre Sallanches et Megève, le dénivelé lui, n’offrait pas vraiment de répit aux 177 coureurs encore en course ce jeudi. Des pentes jusqu’à 7%, un public nombreux, des virages sinueux dans le final, tout, était réuni pour que ce chrono fasse date, dans une édition de la Grande Boucle tuée par la domination de Christopher Froome.

A voir >> Tour de France - Le profil de la 18e étape

Il y a Froome, et les autres

Et justement, le double vainqueur de l’épreuve (2013, 2015), n’a rien voulu lâcher à ses adversaires, au contraire. C’est même lui qui remporte ce contre-là-montre taillé pour les puncheurs en 30’43’’, devançant même au final Tom Dumoulin du Team Giant Alpecin (21’’), qui avait remporté le premier chrono à la Caverne du Pont-d’Arc, la semaine dernière, et l’Italien de chez Astana, Fabio Aru, très à l’aise dans les pentes (33’’). Le Britannique a donc assommé un peu plus un Tour de France qui lui était déjà promis, devançant même son premier adversaire au classement, Bauke Mollema (Trek-Segafredo) de plus de 3’50’’. Protégé dans la haute montagne par des équipiers totalement dédiés à lui, Christopher Froome n’a plus aucune crainte à avoir sur les deux dernières étapes avant les Champs avec pourtant des arrivées au Mont Blanc et à Morzine.

A lire aussi >> Tour de France : Chris Froome, pourquoi le maillot jaune n'est pas populaire

Bardet grignote

Ce jeudi soir, Romain Bardet est toujours cinquième au général. Magnifique dans la montée vers Megève, il est pourtant l’un des grands gagnants du chrono du jour. Cinquième de l’étape à 42 secondes de Chris Froome, parmi les prétendants au podium, il n’a perdu du temps que sur Richie Porte (neuf secondes). "Romain défend parfaitement sa position, analysait Jérôme Pineau, membre de la Dream Team RMC Sport. Ce chrono est une vraie référence sur la forme et l’état de fatigue des différents protagonistes." Au général, Bardet ne pointe plus qu’à 40 secondes d’Adam Yates, troisième. "J’avais des bonnes sensations. J’ai pris du plaisir, a confié Bardet sur la ligne d’arrivée. Il reste deux belles étapes. J’espère trouver un terrain pour mes ambitions offensives dans les derniers jours." Vincent Lavenu, son directeur sportif chez AG2R allait un peu plus loin : "Il est en avance sur des garçons comme Yates, Quintana, Mollema. On a toujours plein d’espérance. Il est au niveau de meilleurs mondiaux. Le podium est envisageable."

A voir >> Guimard : "4 étapes pour essayer de venir sur le podium pour Bardet"

Le numéro de "Purito"

Il s’était distingué avant le départ de son chrono avec un tweet de son équipe Katusha, révélant les "antisèches" scotchées sur son vélo. Joaquim "Purito" Rodriguez a plutôt très bien figuré sur le contre-la-montre de Megève, n’échouant qu’à la 8e place à 1min05’ de Christopher Froome. On le savait adepte de la montagne et des étapes exigeantes, mais de là à devancer au final Nairo Quintana (Movistar), Alejandro Valverde (Movistar) ou encore Vincenzo Nibali (Astana), d’anciens prétendants à la victoire finale, ou a minima au podium, on ne l’imaginait pas. D’autant que le vétéran espagnol (37 ans), a changé de vélo dès les premières pentes dans la montée vers Megève, une image totalement insolite. Son chrono est donc un petit exploit.

A lire aussi >> Cyclisme : Joaquim "Purito" Rodriguez prend sa retraite