RMC Sport

Tour de France: "Si je suis lâché, je vais être applaudi...", déplore Geraint Thomas

Alors que l'on attendait Chris Froome pour un premier doublé Giro-Tour depuis 20 ans, c'est son coéquipier Geraint Thomas qui est actuellement porteur du Maillot Jaune. Mais le Gallois ne comprend pas les sifflets envers lui et son équipe.

Alors que l'on attendait Chris Froome pour un premier doublé Giro-Tour depuis Marco Pantani, il y a 20 ans, c'est son coéquipier Geraint Thomas qui mène le Tour de France avec 1'39" d'avance sur le quadruple vainqueur du Tour de France et 1'50" sur Tom Dumoulin, vainqueur du Giro d'Italia 2017.

Dimanche, à l'issue de la quinzième d'étape, le Gallois est revenu sur les "sentiments négatifs, pas beaux" à son encontre et à l'encontre de la Team Sky, son équipe, sur ce Tour de France 2018. "Ce n'est pas une belle situation. Nous aimerions que tout le monde nous aime, il se trouve que ce n'est pas le cas. Pourtant on n'a rien à se reprocher", a expliqué Geraint Thomas, copieusement sifflé après avoir remporté sa deuxième victoire consécutive au sommet de l'Alpe d'Huez, jeudi.

A lire > Nicolas Portal a "honte", Prudhomme veut "retrouver un public bienveillant" après les incidents

"Être sifflé avec le Maillot Jaune, ça ne me fait pas plaisir"

"J'ai fait une course incroyable jusqu'à présent, et les sentiments négatifs autour de nous ne sont pas beaux, mais je dois rester fort dans ma tête pour ne pas craquer. Il faudrait peut-être demander au public le pourquoi de cette désaffection. Il faudrait aussi peut-être se demander comment nous sommes perçus dans les médias français. Être sifflé avec le Maillot Jaune, ça ne me fait pas plaisir. Je peux imaginer que si je suis lâché dans la première côte, je vais être applaudi. Mais malgré tout ce que je peux entendre, je continue à prendre du plaisir à être en Maillot Jaune au Tour de France. Je fais la course de ma vie", a commenté Geraint Thomas.

La Team Sky huée dans son ensemble

Chris Froome concentre principalement l'hostilité du public suite à une procédure antidopage classée sans suite par l'AMA et l'UCI. Jeudi, le "Kenyan blanc" a été bousculé par un spectateur et a subi un flot d'injures tout le long de la montée finale de l'Alpe d'Huez.

Les autres coureurs de la Team Sky sont également visés. Sur son compte Facebook, Julien Bernard (Trek-Segafredo), a admis "avoir gueulé un coup pour que les gens arrêtent" de huer Michal Kwiatkowski lors de la 14e étape, vendredi.

RT avec YP, PYL, GQ et JFP