RMC Sport

L’eLigue 1 va très bien (et ira encore mieux dans quelques mois)

-

- - -

Lancée courant novembre, l’eLigue 1, le championnat de France de FIFA 17 organisé conjointement par la LFP et Electronic Arts avec le soutien et l’implication des 20 clubs de l’élite, est actuellement en plein tournoi de printemps, qui déterminera les prochains qualifiés pour la grande phase de playoffs. Et à mi-parcours, cette compétition inédite a tous les voyants au vert.

Des sourires encore et toujours. Du côté de Bafétimbi Gomis, vainqueur du classique OM-PSG manette en main, quelques jours avant la fessée royale reçu par l’équipe phocéenne au Vélodrome, comme du côté du vaincu du jour et futur grand vainqueur du week-end, Blaise Matuidi. Mais pas que. L’eLigue1 s’offrait une petite soirée de gala le lundi 20 février dernier, au sein de la grande boutique Orange, dans le quartier Opéra, à Paris et l’occasion était belle pour les différents acteurs de cette compétition, lancée courant novembre conjointement avec la Ligue et Electronic Arts, pour dresser un petit bilan de l’événement, qui aura mobilisé près de 15 000 joueurs lors de son premier moment fort, le tournoi d’hiver.

A lire aussi: Matuidi et Gomis jouent le classique sur FIFA 17

« On est déjà complet sur les tournois de qualification sur Paris, Lyon, Marseille. C’est un vrai succès populaire » savoure Mathieu Ficot, le directeur des activités économiques de la LFP. L’eLigue 1 va donc très bien, merci pour elle. Elle a surtout permis aux clubs de l’élite d’améliorer leur image et leur interaction auprès de leurs supporters. « C’est un peu la bonne surprise, poursuit Mathieu Ficot. Tous les clubs ont fabuleusement bien joué le jeu. Ils relayent cette compétition sur les réseaux sociaux. L’eLigue 1 est aussi un outil d’activation pour permettre à leurs fans de représenter leur club de cœur dans un jeu qu’ils connaissent bien et dans une compétition officielle. »

24 millions de posts sur Twitter le jour des finales d’hiver

Les fans, un mot d’ordre important du côté de la Ligue, qui contrairement à ce qui se fait aux Pays-Bas et l’e-Divisie (pas ouverte au public mais impliquant toutes les équipes du vrai championnat), cherche à sensibiliser tous les amoureux du football virtuel. « On est quand même dans une formule où on s’adresse au plus grand nombre, avec des amateurs mais aussi les meilleurs joueurs, rappelle le dirigeant de la Ligue. On n’est pas dans une compétition avec seulement des écuries professionnelles d'egamers ou des clubs de foot qui vont s’affronter. »

Un parti pris gagnant à l’arrivée puisqu’ils étaient près de 22 000 à regarder les finales du tournoi d’hiver sur la chaine Twitch dédiée à l’événement, celle du triple champion du monde sur FIFA, Bruce Grannec. « On a quasiment doublé le nombre d’inscriptions pour le tournoi de printemps. Et le jour de la finale, on a récolté 24 millions d’impressions sur Twitter, recense Mathieu Ficot. On espère faire encore mieux. Je ne peux pas tout vous dire mais il y a certains stades qui s’intéressent au fait de recevoir en physique les play-offs de cet Orange eLigue 1 au mois de mai. » Ce qui constituerait une jolie cerise sur le gâteau.

Alix Dulac Journaliste RMC Sport