RMC Sport

PES League : Kamel El Morabet champion de France 2016 !

La finale nationale de la PES League, le championnat de France de football virtuel sur le jeu Pro Evolution Soccer, a livré son verdict dimanche : c’est Kamel El Morabet, finaliste malheureux l’année dernière, qui a décroché la timbale et le titre de champion de France sur PES 2016. Retour sur l’un des événements esportifs de l’année.

Cette fois, elle est à lui. Alors pas question de la lâcher. Même pas pour répondre à une interview, se faire prendre en photo (évidemment) ou encore célébrer sa victoire avec ses amis ou les joueurs de son club. Dimanche dernier, Kamel El Morabet dit « Kams » ou « LinkzeTank » en compétition, est devenu le 15e champion de l’histoire de la PES League, le championnat de France de football virtuel sur le jeu de football phare de Konami, Pro Evolution Soccer 2016.

Sacré des mains du chanteur Jessy Matador

Lui, qui avait vu cette même coupe lui échapper un an plus tôt lors de la précédente édition, a cette fois pu mettre les deux mains sur le trophée et sur le chèque de 1250 euros promis au vainqueur. Le tout sous les yeux des nombreuses personnalités présentes : du chanteur, à l’instar de Jessy Matador – qui a lui-même remis la coupe à Kamel El Morabet - ou de la pétillante Nancy Logan, de la star de télé-réalité, comme l’ancien basketteur du CSP Limoges Xavier Delarue, plus connu pour son surnom de « Xababa » dans Secret Story, de l’humoriste, avec la présence de Bayou Sarr, du comédien avec l’acteur Oumar Diaw ou encore Jean-Luc Guizonne, ancien de la Star Academy et connu comme premier rôle de la comédie musicale le Roi Lion. Un sportif, avec la judoka Clarisse Agbegnenou. Et même une journaliste, en la personne de Charlotte Namura, chroniqueuse pour le magazine Téléfoot et l'émission d'Arthur, l'Hebdo Show.

La judoka Clarisse Agbegnenou et le comédien Jean-Luc Guizonne faisaient partie des VIP présentes lors de cette grande finale nationale
La judoka Clarisse Agbegnenou et le comédien Jean-Luc Guizonne faisaient partie des VIP présentes lors de cette grande finale nationale © DR

Le champion sortant toujours maudit dans la compétition

Bref, du beau monde, qui a vibré au moment du sacre de Kamel El Morabet. Mais si le titre est prestigieux, il n’a pas été simple, loin de là, à aller chercher pour le jeune homme. Dimanche, dans la loge Business Club du stade Jean Bouin, l’antre du Stade Français, ils étaient 63, venus de toute la France, qualifiés au gré des tournois officiels, des tournois des différents clubs du pays ou de leurs meilleurs résultats mensuels sur la plateforme online, à caresser, comme lui, le rêve d’être champion. Walid Rachid Tebane espérait, au terme de la journée, conserver son bien, acquis l’an passé sans perdre le moindre match et qui lui avait permis quelques semaines plus tard de remporter le titre mondial.

Nerveux et sous pression toute la journée, Walid Rachid Tebane n'a pas conservé sa couronne. Mais le 28 mai, à Milan, il aura l'occasion de se rattraper, en allant défendre son titre mondial
Nerveux et sous pression toute la journée, Walid Rachid Tebane n'a pas conservé sa couronne. Mais le 28 mai, à Milan, il aura l'occasion de se rattraper, en allant défendre son titre mondial © DR

Mais très, pour ne pas dire trop, nerveux tout au long du tournoi, il a fini par s’incliner en quart de finale face à son protégé, Kylian Faucheux, d’ores et déjà considéré, à 14 ans, comme la relève du circuit. Une défaite qui confirme la malédiction qui colle aux chevilles du champion sortant puisque jamais dans l’histoire de la PES League un tenant du titre n’a conservé sa couronne.

Et maintenant, place à la Coupe du monde !

Après avoir fait tomber successivement Slimane Sahraoui, un vieux briscard de retour en PES League, écarté Iguessinho, sué face au champion de France 2014 Tiomit, qui n’aura craqué qu’aux tirs du but et fait plier Lotfi Derradji, un autre prétendant à la victoire finale, c’est face à un joueur de son club, le président de la PES World, Christopher Maduro Morais, que Kamel El Morabet est allé chercher son trophée (3-1). Et c’est sur un coup du sort que le titre s’est joué.

En tout, ce sont 2500 euros (1250 pour le premier, 750 pour le deuxième et 500 pour le troisième), qui étaient mis en jeu, outre les traditionnelles coupes
En tout, ce sont 2500 euros (1250 pour le premier, 750 pour le deuxième et 500 pour le troisième), qui étaient mis en jeu, outre les traditionnelles coupes © DR

Vainqueur en demi-finale de Kylian Faucheux à dix contre onze lors du match retour, le champion du monde 2010 a payé au prix fort les deux cartons rouges encaissés en finale, surtout le premier, qui a permis à « Kams » de prendre l’avantage sur le coup franc obtenu dans la foulée. Souriant comme jamais après le coup de sifflet final, ce dernier n’aura que peu de temps pour savourer son titre. Le chemin de l’entraînement l’attend déjà : le 28 mai prochain à Milan, en marge de la finale de la Ligue des champions, il disputera la Coupe du monde aux côtés de Walid Rachid Tebane, le tenant du titre. Pour un nouveau sacre ? En tout cas, le rendez-vous est pris.

Le podium de la finale nationale

1 - Kamel El Morabet
Gain : 1250 euros, qualifié pour la Coupe du monde

2 - Christopher Maduro Morais
Gain : 750 euros

3 - Lotfi Derradji
Gain : 500 euros

Alix Dulac