RMC Sport

Allemagne: Löw comprend les questions sur son avenir

Pour son 168e match aux commandes de la sélection allemande, Joachim Löw a vu ses joueurs sombrer ce samedi face aux Pays-Bas (3-0) en Ligue des nations. Déçu par ce résultat, le sélectionneur a assuré après la rencontre comprendre les questions autour de son avenir.

Elle a sombré. Pour la première fois depuis le 17 octobre 2007 et une défaite contre la République Tchèque (3-0), la Mannschaft s’est inclinée par trois buts d’écart ce samedi face aux Pays-Bas (3-0) en Ligue des nations. Un mois après avoir résisté aux Bleus (0-0), Manuel Neuer et sa bande ont pris l’eau face à la vitesse et l’adresse des joueurs de Ronald Koeman. Ce résultat relègue l’Allemagne à la dernière place du groupe 1 et relance le débat autour de l’avenir de Joachim Löw, qui avait décidé d’innover à Amsterdam en alignant pour la première fois l’attaquant de Schalke Mark Uth.

"Je comprends qu'il y ait un débat"

En poste depuis 2006, Löw - qui dirigeait son 168e match aux commandes de la sélection allemande - n’a pas échappé aux questions sur son cas personnel après la rencontre. "Nous avons énormément tiré au but lors de nos derniers matchs, mais c'est un fait, nous ne les mettons pas au fond. Perdre 1-0 aurait été acceptable, mais prendre deux buts en fin de match c'est évidemment un mauvais résultat. Mon avenir? Je comprends qu'il y ait un débat et on doit faire avec", a-t-il confié au micro de la télévision allemande ZDF.

"Dans les deux prochains jours, je vais me concentrer entièrement sur la préparation de l'équipe avant le match à Paris contre la France (mardi) et pas sur le débat dans l'opinion publique. Mais ce débat est normal, très normal", a-t-il reconnu. "Nous avons perdu 3-0 un match que nous aurions dû gagner. Nous avons eu beaucoup d'occasions et nous aurions pu marquer deux ou trois buts. Nous avons eu beaucoup de poisse, ça n'est la faute d'aucun joueur en particulier. Maintenant, nous allons en prendre plein la figure", a expliqué de son côté Mats Hummels. Rebond obligatoire mardi face aux Bleus.

RR avec AFP