RMC Sport

"Après l’arbitrage vidéo, il n’y a pas matière à discussion", affirme Benjamin Moukandjo

Benjamin Moukandjo

Benjamin Moukandjo - AFP

Si l’arbitrage vidéo n’a pas fait l’unanimité lors de de Cameroun-Chili (0-2) ce dimanche en Coupe des Confédérations, l’attaquant camerounais Benjamin Moukandjo fait totalement confiance à cette nouvelle technologie.

Utilisé à deux reprises à Moscou, l’arbitrage vidéo a presque autant fait parler que la victoire du Chili aux dépens du Cameroun (2-0) ce dimanche en Coupe des Confédérations. Des décisions qui ont fait débat pour beaucoup d’observateurs et qui changent la donne pour les joueurs.

"On est sûr à 100% qu'il y a quelque chose"

"On est obligé d’attendre, témoigne l’attaquant des Lions Indomptables Benjamin Moukandjo. Au moins ça a le mérite d’être clair : une fois que le but est validé ou refusé, on est sûr à 100% qu’il y a quelque chose. On doit célébrer un but une ou deux minutes plus tard. Ça enlève un peu la petite folie de la célébration mais pour moi, ça ne me pose aucun problème. Après l’arbitrage vidéo, il n’y a pas matière à discussion. Au moins, c’est clair." 

"On aimerait que ce soit sur l’écran géant du stade"

Mais n’existe-t-il pas une petite frustration de ne pas voir les images ? "C’est sûr qu’on aimerait qu'elles soient sur l’écran géant du stade, que tout le monde puisse les regarder, reconnait le Lorientais. Mais on reste persuadé que la décision sera toujours la bonne. Il y a peut-être un temps d’attente mais avec l’arbitrage vidéo, on est sûr qu’on ne se trompe pas."

A lire aussi>> Dugarry: "Sur le plan de la technologie, l'arbitrage vidéo n’est pas encore fiable"

La rédaction avec JS à Moscou