RMC Sport

Argentine: des supporters du Gimnasia ont voulu voler le coeur de Maradona

Un médecin argentin auteur d'un livre sur l'état de santé de Diego Maradona a révélé que l'ancienne légende a été enterrée l'an passé sans son coeur, après son autopsie. Et que des supporters du Gimnasia avaient d'ailleurs prévu de dérober l'organe, pour conserver une trace du Pibe de Oro.

Ce 25 novembre 2021, cela fait un an jour pour jour que Diego Maradona, légende du ballon rond, s'est éteint à l'âge de 60 ans. Et à l'heure de "célébrer" cet anniversaire, les débats en Argentine tournent autour... du coeur du numéro 10.

Il y a quelques jours, le docteur et journaliste Nelson Castro, qui vient de publier un livre sur l'état de santé du Pibe de Oro avant son décès, a en effet révélé lors d'une interview télévisée que Maradona avait été enterré l'an dernier sans son principal organe. Une nouvelle surprenante au premier abord, mais justifiée par le fait que l'ancienne star de l'Albiceleste a subi une autopsie. Et que les organes, dans ces cas de figure, sont régulièrement conservés pour examens. Mais ce n'est pas tout.

La sécurité renforcée autour du bâtiment où le coeur est stocké

Nelson Castro a également expliqué qu'un groupe de "barras bravas" du Gimnasia La Plata - des supporters du dernier club entraîné par Maradona - avaient planifié l'an dernier une sorte d'opération commando, pour voler le coeur de leur idole lors de sa veillée funèbre, et probablement en faire une relique. Ces derniers ont finalement renoncé, et n'auraient, de toute manière, pas trouvé le trésor recherché lors de leur opération macabre.

Le problème, c'est que dans la foulée des révélations de Nelson Castro, un média argentin a précisé que le coeur en question est toujours conservé au département d'anatomie de la police, situé à La Plata. Tout proche de l'antre du Gimnasia et de ses bouillants supporters. De quoi encourager ces derniers à organiser une expédition? C'est visiblement la crainte des forces de l'ordre.

Selon Olé, les autorités ont très mal pris la publication de ces informations confidentielles, et ont dû renforcer la sécurité autour du bâtiment où est entreposé le coeur du Diez. Qui, un an après sa mort, déchaîne toujours les passions.

C.C.